Une collection semi-poche chez Sabine Wespieser : "Faire vivre le fonds"

Nicolas Gary - 07.05.2015

Edition - Les maisons - Sabine Wespieser - édition format - livre semi poche


La création d'une collection de semi-poches chez Sabine Wespieser Éditeur a quelque chose de la petite révolution. Sauf que non. La créatrice de la maison rappelle volontiers que, « dans une vie professionnelle antérieure », elle a déjà travaillé sur ces petits formats. Mais pour sa maison, « pas question d'ouvrir un tiroir que l'on devient obligé de remplir ». Pas plus que de prendre part « à la surproduction endémique et générale ». Toujours très spontanée, Sabine. 

 

 Sabine Wespieser Editeur

ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

La maison a célébré sa quatorzième année, et les livres de poche, Sabine Wespieser les connaît : elle était chez Actes Sud pour la fondation de Babel, et avant de publier ses propres livres, avait travaillé chez Librio (Flammarion). Autant dire que le poche, n'est-ce pas. Jusqu'à lors, une pareille collection n'était pas envisagée, mais les temps changent : « Nous vivons une crise économique, cela n'a échappé à personne, on nous dit régulièrement que les livres sont trop chers... », nous explique l'éditrice.

 

Dans les cartons, se retrouvait un certain nombre de titres qui ne tournaient plus en librairie, tout en parvenant à épuisement du tirage. « Personne ne veut que des livres se retrouvent épuisés, cela m'a donc paru naturel, et c'est finalement très spontanément que j'ai choisi de leur redonner vie, sous une autre présentation, avec un coût plus modique. » Et les quatre premiers ouvrages reflètent bien cette vocation, sans s'inscrire dans une véritable perspective de collection poche. Même semi-poche. D'ailleurs, on dira désormais SW Poche.

 

Quatre ouvrages, et quelques similitudes

 

Le roman de Zahia Rahmani, pour exemple, était épuisé en grand format. « Plutôt que de réimprimer, avec un tirage à 1000 exemplaires et une cinquantaine de ventes chaque année, j'ai préféré l'insérer dans SW Poche. Cette auteure a pensé le monde d'aujourd'hui, avec une acuité totale, voilà plus de dix ans, et son livre n'était jamais paru en poche. C'est une deuxième vie qui lui est offerte. »

 

Pour le livre de Nuala O'Faolain, l'histoire est semblable, mais il a fallu reprendre les droits poche à 10/18. « Ils connaissaient le même problème : 200 ventes chaque année, c'est bien peu, pour cette auteure qui est un pilier de notre catalogue, et a ouvert la voie aux autres auteures irlandaises que je publie. » Étant par ailleurs exécutrice littéraire de O'Faolain, le passage vers ce format semi-poche était tout naturel.

 

Musulman « roman » de Zahia Rahmani avait été publié originellement en 2005, chez Sabine Wespieser Éditeur, et de même, « lui donner une nouvelle vie en grand format représentait une économie quelque peu périlleuse ». Là encore, le semi-poche s'impose. Finalement, la seule coquetterie reste l'ouvrage de Kelly Dowland, Jackie. « Je me suis offert la fantaisie d'un petit livre inédit. C'est l'exception qui confirme la règle », plaisante Sabine Wespieser. « Ce livre était trop court, trop léger, dans tous les sens du terme, pour le grand format. »

 

sabine wespieser semi poche collection

 

 

Quatre premiers titres ouvrent donc la collection SW Poche, sans aucune obligation ni contrainte de parution. « Le rythme des sorties se fera au fil des besoins – au gré des réimpressions nécessaires. Encore une fois, je n'ai aucune intention de m'astreindre à écumer les fonds de bibliothèques ni acheter des droits pour l'alimenter. Mon projet est de faire vivre le fonds, avec de jolis objets qui rappellent la ligne typographique du grand format. »

 

Le lecteur s'en réjouira : pas question de trouver le même livre d'un auteur dans une collection de poche classique et chez SW poche en même temps, comme cela peut se retrouver ailleurs. « La double exploitation est illisible pour les lecteurs : il me semble bien plus agréable de proposer un nouveau format. »