Une critique à 100.000 $ : le journal condamné pour diffamation

Clément Solym - 27.07.2011

Edition - Justice - plainte - auteure - mensonge


Une bonne critique, c'est toujours appréciable. Une mauvaise, en revanche, c'est passablement désagréable. Même si dans le cas d'un auteur débutant, cela peut amener à faire parler de lui. Dans le cas présent, c'est plutôt le chroniqueur, qui a fait parler de lui...

C'est que la société mère du Daily Telegraph, le quotidien anglais, vient d'être condamnée à verser 100.000 $ de dommages-intérêts... pour une critique de livre publiée dans ses colonnes. Le journal a ainsi perdu un procès en diffamation et mensonge malveillant.

L'ouvrage de Sarah Thornton Seven Days in The Art of World compte parmi différentes listes de best-sellers aux États-Unis. Présenté comme une ethnographie non conventionnelle des artistes et du commerce de l'art, l'ouvrage fait état de 250 interviews de personnes en relation avec l'histoire de l'art.

Et Lynn Barber, qui a chroniqué l'ouvrage, compte parmi ces personnes, comme l'explique le livre. Commentaire de la journaliste : « Thornton affirme que son livre est basé sur une heure d'entretiens avec plus de 250 personnes. J'aurais accepté cela en toute confiance, si mon oeil n'était pas tombé, vers le fond de la liste, sur les 250 personnes interrogées, avant de me faire tomber sur le cul, quand j'ai vu le nom de Lynn Barber. Je lui ai donc accordé un entretien ? Sûrement que j'en aurais été avertie ? »

La raillerie ne fait aucun doute, n'est-il pas, mais voilà que la critique publiée de la sorte peut évidemment porter préjudice à l'auteur.

C'est que Thornton a été en mesure de prouver qu'elle avait eu un entretien téléphonique de 30 minutes avec Barber, deux ans avant la publication du livre. Mais la chose ne fut pas simple. « Il est choquant que j'ai eu à trouver des des avocats, qui ont travaillé pour moi gracieusement, et ont attendu 10 mois, pour qu'un puissant journal national corrige une erreur factuelle qui écorchait sérieusement ma réputation, en tant que journaliste et chercheuse », se plaint, en toute légitimité Sarah.

Pour le juge, l'attaque portée par la chroniqueuse touche non seulement l'honnêteté intellectuelle du Dr Thornton - eh oui... - mais aussi sa profession.

Bilan des courses, 100.000 $ de dommages-intérêts.

Le Telegraph Media Group envisage de faire appel de cette décision, mais se dit « consterné » par la condamnation.
 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.