Une école rappelée à l'ordre pour un livre sur une petite fille transgenre

Antoine Oury - 27.12.2019

Edition - International - george roman transgenre - ecole roman censure - Harrisburg ecole


À Harrisburg, dans l'Oregon, l'école locale vient d'être mise en cause par le département exécutif chargé de l'éducation, qui tient à faire respecter la législation locale en matière de lutte contre la discrimination. L'administration de l'établissement aurait sciemment écarté un ouvrage, George d'Alex Gino, car celui-ci évoquait l'histoire d'une petite fille transgenre.
 
Détail de la couverture de George, d'Alex Gino
 

L'État de l'Oregon a porté plainte contre une école d'Harrisburg, estimant que cette dernière aurait violé les lois en vigueur concernant la lutte contre les discriminations en refusant d'acquérir le livre George, d'Alex Gino, pour le rendre accessible dans la bibliothèque scolaire. L'ouvrage, paru en 2015 chez Scholastic, évoque l'histoire de George, qui s'identifie à une petite fille, Melissa.

Ce récit d'un combat pour la reconnaissance d'une petite fille transgenre, publié en France par L'école des loisirs dans une traduction de Francis Kerline, a évidemment été contesté, et a pu provoquer la colère de bien des parents. Mais Jennifer Smid, au contraire, s'était étonnée de ne pas voir le livre sur les étagères de l'établissement, alors qu'un concours de lecture, l'Oregon Battle of the Books, se préparait.
 

Un oubli très sélectif


En février 2018, elle avait alors écrit à l'administration de l'établissement, pour tenter d'obtenir une explication : George faisait partie de la sélection de l'opération Oregon Battle of the Books, et chaque école recevait des exemplaires des livres en compétition, alors pour quelle raison l'ouvrage était-il indisponible ? La réponse n'est jamais venue.

Smid s'est alors tourné vers l'État de l'Oregon et son département exécutif chargé de l'éducation, l'équivalent d'un ministère à l'échelle locale. Mark Mayer, responsable de l'enquête et de la plainte, a découvert que l'exemplaire de George destiné à l'école avait été donné à la bibliothèque municipale, tout simplement. 

Et ce don, selon les éléments de l'enquête de Mayer, n'aurait pas été totalement désintéressé : un membre de l'administration aurait volontairement écarté l'idée que George puisse être prêté par la bibliothèque scolaire. « J'ai lu cinq chapitres et c'est tout ce que j'ai pu supporter », aurait indiqué celui-ci dans un email interne, rapporte The Register Guard.

D'après les déclarations de ce même membre de l'administration, c'est un sentiment de « malaise » qui l'aurait poussé à écarter l'ouvrage des collections de la bibliothèque. Le litige pourrait se résoudre à l'amiable, selon l'administration de l'État.
 

Ces censures scolaires surviennent régulièrement, à la demande des parents d'élèves ou de membres de l'administration. Aux États-Unis, une semaine, la Banned Book Week, leur est même consacrée, pour mettre en avant les ouvrages qui font le plus l'objet de ces épurations.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.