Une écrivaine angolaise dénonce l'insuffisance d'oeuvres littéraires dans son pays

Clément Solym - 08.08.2011

Edition - Société - angola - marta - santos


L'écrivaine pour enfant Marta Santos a confié jeudi l'agence Angola Press (Angop) que "le manque de parrainage est l'un des plus grands facteurs à la base de l'insuffisance d'oeuvres littéraires sur le marché angolais".

En déplacement à Luanda (capitale de l'Angola), Marta Santo a estimé que, selon elle, si les livres des grands écrivains nationaux tombent en désuétude, c'est par une absence de réédition qui les empêche d'être lus et étudiés au travers des générations.


Si on n'avait pas réedité les livres d'Agostinho Neto, Óscar Ribas et autres, ills seraient oubliés avec le temps et cesseraient d' exister, ce qui n'est pas juste, car ils ont aidé à écrire une histoire ”, a-t-elle ainsi indiqué .

L'écrivaine a également lancé un appel à l'encouragement national pour l'émergence de "nouveaux écrivains et de nouveaux livres".

Le pays, dont la langue officielle est le portugais, n'est alphabétisé qu'à 70%. Sous l'autorité sévère du président José Eduardo Dos Santos, le pays est réputé pour l'état catastrophique de son économie et de son système sanitaire et social.

Sans doute l'appel de l'écrivaine est-il, implicitement, un appel à davantage de moyens pour la culture et l'alphabétisation des habitants de son pays.

(Via Angola Press)