Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Une enquête est ouverte sur l’organisation de la Bibliothèque de Genève

Elodie Pinguet - 12.04.2017

Edition - Bibliothèques - Genève Suisse - bibliothèque de Genève - tensions crise bibliothèque


En Suisse, le conseiller administratif Sami Kanaan a demandé à la Cour des comptes d’enquêter sur le fonctionnement, l’organisation et les finances de la Bibliothèque de Genève. L’audit devrait durer six mois.

 

Sami Kanaan (ITU Pictures CC BY 2.0)
 


Par son action, Sami Kanaan, conseiller administratif responsable de la Culture, souhaite « faire toute la lumière sur son fonctionnement et contribuer ainsi à fournir des bases pertinentes pour faire face aux défis nombreux qui se posent à la BGE ».

 

L’audit (analyse d’une entreprise sur son fonctionnement, ses finances, son contrôle et son organisation) est le bienvenu au sein de la Bibliothèque de Genève en crise, où des tensions règnent depuis déjà 2014

 

Il y a trois ans, une pétition avait été signée par les employés pour « dénoncer l’augmentation du nombre de samedis de travail », en plus des phases de mutations dues à l’arrivée d’un nouveau directeur.

 

En février, le sujet était à nouveau d’actualité lors d’une séance du Conseil municipal, où des élus ont pointé du doigt « des dysfonctionnements, mais aussi des situations de conflit entre certains employés et le directeur Alexandre Vanautgaerden ».

 

Les tensions ont également été mises en lumière dans un bulletin de l’Association genevoise des bibliothécaires et professionnels diplômés en information documentaire (AGBD). Son président Christophe Riondel rappelle également que « les réformes peinent à se faire accepter ».

 

Selon l’AGBD, les politiques de la ville doivent intervenir et faire connaître « une véritable prise de position claire sur l’avenir des institutions majeures comme les Bibliothèques ».

 

Une crise justifiant de la demande de l’audit selon Sami Kanaan. Bien que les 180 employés de la Bibliothèque de Genève soient conscients qu’une évolution est nécessaire, le conseiller entend que « ces changements, dont le rythme s’est accéléré, puissent créer des crispations et des incompréhensions. »

 

L’expertise devrait permettre de mettre à jour toutes les tensions « pour pouvoir prendre des mesures le cas échéant ». Une solution appuyée par un autre conseiller Jean-Charles Lathion. Pour lui, l’audit « démontre que les doléances du personnel n’étaient pas vaines » même s’il y voit « un aveu d’impuissance tant de la direction de la BGE que du département ».

 

Les employés de leur côté ont plutôt bien accueilli la nouvelle. Il leur reste à attendre quelques mois pour connaître le résultat de l’audit et peut-être voir la fin de la crise à la Bibliothèque de Genève.

 

 

Via La Tribune de Genève