Une exploitation de la vie privée qui ferait tache, chez Éric Reinhardt

Nicolas Gary - 26.03.2015

Edition - Justice - Eric Reinhardt - vie privée roman - exploitation confidences


« C'est du lourd, cette histoire », nous assure-t-on. L'histoire ? Celle soulevée par l'Express, qui plonge dans les affres de la création, et surtout les répercussions d'un roman d'écrivain parisien, sur une jeune femme, bien éloignée des cénacles germanopratins. Lui, c'est Éric Reinhardt. Et le chef d'accusation n'est pas bien joli, pour l'auteur de L'amour et les forêts.

 

 

Eric Reinhardt - Prix du Roman Fnac 2014

Eric Reinhardt - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Dans une longue enquête, nos confrères racontent comment le romancier a fini par puiser dans le récit qu'une jeune quadragénaire lui avait fait de sa propre vie, pour la rédaction de son dernier livre. Consacré par les prix du Roman de France Télévisions ou plus récemment, celui des étudiants France Culture-Télérama, l'ouvrage devrait sa création, ni plus, ni moins, qu'aux confessions, copiées-recopiées qu'avait recueillies l'écrivain. 

 

Reinhardt aurait en effet rencontré une jeune femme de 36 ans, et sympathisé avec elle. Frappée par Cendrillon, elle avait pris courage et écrit au romancier – l'aventure ! Rapidement, elle se confie, encouragée par leurs échanges. Elle finit même par mettre sur papier 44 pages de récit, La Jetée, qu'elle envoie exclusivement à l'auteur, « un témoignage extrêmement personnel sur ses rapports houleux avec son mari, l'adultère, l'hospitalisation, le chemin de la réparation », soulignent nos confrères.

 

La suite sera triste, sinistre : Reinhardt reprend pour lui les échanges et son livre s'approprie l'histoire. Son personnage principal ne serait qu'une composition, de plusieurs visages féminins, mais, dans les faits, le texte qu'elle avait fait parvenir se retrouve à plusieurs reprises à peine modifié. 

 

« Éric Reinhardt dénonce le harcèlement de femmes par des hommes avec des moyens tout à fait discutables. Faire dans l'autofiction suppose de se mettre en danger, il n'a pas eu ce courage-là. J'aimerais retrouver ma dignité. C'est pourquoi je suis prête à l'assigner en justice : il existe une loi en France qui protège l'intimité de la vie privée », confie l'intéressée.

 

Manifestement, personne n'est trop pressé de répondre, dans cette histoire.