Une histoire d'amour sur fond d'Holocauste : des mémoires authentiques ?

Clément Solym - 26.12.2008

Edition - Les maisons - histoire - amour - Holocauste


D'authentiques mémoires et sûrement pas une dissertation d'écolier sur le sujet : l'auteur et l'éditeur d'un livre racontant une histoire d'amour vécue après la Seconde Guerre mondiale par deux survivants de l'Holocauste se font actuellement tirer dessus à boulets rouges. Et l'on comprend doublement la polémique suscitée par ce livre.

Tout d'abord parce que le public est encore sous le choc des révélations faites suite à Survivre avec les loups, de Misha Defonseca, qui racontait une histoire censée être vraie, pour ne s'avérer être finalement qu'un vaste bobard.

Ensuite, parce que le livre a été signalé par Oprah Winfrey auprès de son club de lecture et que Angel at the Fence, de Herman Rosenblat a ainsi bénéficié d'une très large couverture médiatique. L'histoire est simple : elle décrit la rencontre entre Herman et sa femme, qui se trouvaient tous deux dans un camp de concentration, chacun d'un côté du fil de fer barbelé, et comment ils sont alors tombés amoureux. Elle avait alors neuf ans et lui apporta des pommes tous les jours, ou presque, le temps que l'hiver se passe.

Des années plus tard, Herman se rend à un rendez-vous avec une jeune polonaise dont il ignore tout, et il s'avère que c'est la même jeune fille de neuf ans, sauf qu'elle a grandi. Aussitôt, il l'épouse.

On recherche des traces de la vérité...

Les historiens et chercheurs se demandent furieusement quelle est la véracité d'une pareille histoire... Pour l'éditeur Berkely Books, la chose est crédible et comme tout travail de mémoire est basé sur les souvenirs altérés par le temps, on trouverait sûrement des inexactitudes en cherchant. Reste à savoir si ces écarts avec la réalité sont proches de ceux de Misha...

Pour Oprah, il s'agit de la plus grande histoire d'amour en 22 années d'émission, comme elle l'a précisé et un film est prévu, ainsi qu'un livre pour enfants. Et tout cela est vivement contesté par un magazine, The New Republic, qui s'appuie d'autre part sur le témoignage et l'analyse d'un ancien professeur d'études juives. Selon lui, il aurait été impossible pour un civil, et moins encore pour une civile de s'approcher du périmètre de sécurité du camp, sans que les soldats ne s'en aperçoivent, ni même de dissimuler des pommes qu'on lui aurait ainsi données.

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.