Une histoire du mensonge : comment les États-Unis ont trahi les Amérindiens

Gariépy Raphaël - 27.10.2020

Edition - Société - Edition société archive - Archive Etats-Unis traité - traité Amérindien patrimoine


Ce sont plus de 300 traités signés par des tribus amérindiennes et le gouvernement des États-Unis qui ont été numérisés par les Archives nationales. Un accès sans précédent à l’histoire du pays de la liberté et de la démocratie, qui laisse voir l'étendue de la manipulation de ces populations.



Le 26 novembre prochain, beaucoup d’Américains se réuniront en famille ou entre amis autour d’une dinde pour fêter Thanksgiving. Loin de l’esprit de fête, de petits groupes de militants manifesteront ce même jour en mémoire des Amérindiens massacrés. Cette date symbolique représentant pour certains natifs le point de départ de la méticuleuse colonisation du continent et la disparition de leurs peuples. 

Un mois avant le repas controversé, les archives nationales des États-Unis, associées avec le Musée des arts et de la culture indiens de Santa Fe, ont numérisé des centaines de documents essentiels pour comprendre la période. Ils proposent aujourd’hui une collection exceptionnelle et inédite de traités non respectés par le gouvernement américain au cours des décennies de conquête de l’Ouest. 
En tout, ce sont 374 textes ratifiés qui sont disponibles. Les parchemins, particulièrement fragiles, étaient auparavant conservés au sein du bâtiment des Archives nationales et ne pouvaient pas être manipulés directement, même dans le cadre d’un projet de recherche.

En plus de fournir un cadre pour la recherche, le portail The Indigenous Digital Archive propose des cartes des différentes régions illustrées dans les traités, ainsi que de nombreuses informations historiques et contextuelles.
Une initiative particulièrement intéressante pour les Américains qui pourront rechercher à loisir quel traité rompu leur donne le droit de s’endetter pour une maison et un jardin. 
 

Un combat pour la mémoire 


Comme le souligne Smartnews, ces documents sont également d’une importance capitale aujourd’hui pour les tribus et les militants amérindiens engagés dans des batailles juridiques, toujours en cours, pour la terre et les ressources. 
 
 28 novembre 1785, traité entre la tribu Cherokee et les Etats-Unis


L’importance de ces traités s’est notamment faite ressentir en juillet dernier, lorsque la Cour suprême a statué qu’une grande partie de la moitié orientale de l’Oklahoma relevait du territoire amérindien. Bien qu’aucune terre n’ait changé de mains, cette décision a été saluée comme une victoire pour la souveraineté tribale : cela démontrait que les réserves autochtones établies par des traités avec les États-Unis dans les années 1830 étaient toujours valables malgré le fait que l’Oklahoma soit devenu un État en 1907.

« De toutes les choses dont nous sommes gardiens et responsables, je crois que les traités indiens sont les documents les plus précieux pour comprendre la rhétorique et les promesses du gouvernement, et réaliser comment elles n’ont jamais été honorées », explique David S. Ferriero, archiviste américain.

Beaucoup plus de descendants des peuples natifs peuvent désormais examiner les noms et les sceaux, et lire les mots écrits par leurs ancêtres il y a si longtemps. 

Crédit photo : National Archives - traité Wyandot,Piankashaw, Kaskaskia, et Kickapoo—Indiana Territory, Aout 1803


Commentaires
Notez qu'en dépit de ce que disent les indigénistes, dont l'inculture historique n'est plus à prouver, lorsque la Nouvelle France était française - soit du nord du Québec jusqu'à la Louisiane actuelle, un bon quart des États-Unis actuel, la France vivait en bonne intelligence avec les tribus indiennes (plusieurs dizaines d'ethnies), à l'exception des Hurons à la solde des Anglais.

Notez aussi que pendat la guerre de conquête contre la Nouvelle-France, toutes ces tribus indiennes ont combattu spontanément contre les Américains, montrant déjà le schisme culturel qui s'amorçait.

D'une part, que la France, soi-disant raciste, s'entendait parfaitement avec les indigènes, au point de trouver auprès d'eux des alliances sans faille, y compris dans les pires moment d'une guerre.

D'autre part, que les Américains, plutôt les WASP, ont exprimé un racisme précoce, très culturel. Leur alliance avec les Hurons, qui aurait pu donner des bases identiques aux alliances françaises, montre au final une alliance de circonstance, qui s'est transformée au final en massacre de tous les peuples indiens.

Bien sûr, il faudrait être un peu plus nuancé : aux États-Unis, il a existé (et existe toujours), une frange de la population non WASP, plutôt d'obédience catholique d'ailleurs, qui n'a jamais agi comme ça, alors même que cette obédience tenait les états... sécessionnistes.

Mais là, il faudrait reparler de la légende du racisme du sud, de l'esclavagisme, etc. qui a permis de forger l'histoire de la Guerre de Sécession américaine, très fondatrice dans la doxa américaine (je parle bien de la dichotomie fantasmée entre un sud esclavagisme et un nord non-esclavagisme et d'une guerre qui se voulait libératrice).
Inculture !

Ce sont les Iroquois qui ont aidé les Américains. Les Français se sont fait soutenir par les Hurons.
exact. Emporté par mon lyrisme et manque de relecture attentive : mea culpa maxima !
Bonjour, je ne m'y connais pas du tout en histoire amérindienne, mais vous avez l'air de connaître du moins un peu. Est ce que vous pourriez me conseiller des livres en français sur ce thème. J'aimerais pouvoir me renseigner un peu.
PourLolivamp

Les Indiens d'Amérique du Nord. Les Portfolios complets / Edward S. Curtis (Auteur) / Ed. Taschen

Les indiens d'Amérique / Jay Wertz (Auteur) / Tredaniel La Maisnie

Sur les pas de Geronimo / Corine Sombrun (Auteur) - Harlyn Geronimo (Auteur) / Pocket

Plus quantités d'articles à trouver via Google ou équivalent.

Bonne lecture.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.