Une lectrice de romance n'est pas une frustrée en puissance

Clément Solym - 03.01.2011

Edition - Société - lecture - romance - ebooks


L'anonymat des lecteurs ebook a définitivement conquis le public féminin, désireux de lire des ouvrages racontant les passionnelles et vibrantes amours de personnages évoluant dans un environnement romantique poivré. Non, pimenté...

Confirmant les analyses de Bowker, ayant révélé que désormais, le genre romance à l'eau de rose représentait 25 % des ventes de livres numériques (notre actualitté) - et serait en passe de dépasser les ventes papier - Nielsen BookScan présente des résultats qui abondent en ce sens. En fait, selon Nielsen, les ventes d'ebooks dans le genre ont dépassé les ventes d'exemplaires imprimés...

Et toujours pour les mêmes raisons : timidité et discrétion.

Talli Roland explique qu'elle ne pouvait que comprendre cette situation. Cité par le Daily Mail, la romancière considère qu'on assiste depuis toujours « à une stigmatisation - à tort ou à raison - de la lecture des romans d'amour. Beaucoup de professionnelles dans le métro ne souhaitent pas que leurs chouettes héros soient exposés à la vue de tous ».

Et forcément, on préfère dissimuler ses lectures dans ce cas de figure, parce que l'on n'assume pas vraiment ce que l'on est en train de bouquiner...

Stéréotypes à la peau dure

Pour Catherine Jones, de la Romantic Novelists' Association, les stéréotypes des gens sur ces oeuvres sont funestes et un peu arriérés. « Les femmes qui lisent les livres de Mills & Boon [NdR : éditeur spécialisé] ne sont pas plus frustrées que les lecteurs de romans policiers ne sont des tueurs en série. » Le préjugé a la peau dure, et comme tous les autres, il est difficile de faire changer d'avis sur la question. « Avec un lecteur ebook, c'est idéal, car on ne peut pas voir ce que vous êtes en train de lire. »

Pour Nielsen BookScan, dans le domaine de la romance, 2 % des livres imprimés vendus en 2009 étaient des romans d'amour, contre 14 % écoulés au format ebooks. Or, justement, ce type de résultat ne doit pas laisser envisager que l'on assiste à une cannibalisation du premier par le second...

Avec le succès, proclamé par Amazon, du Kindle en Angleterre, les lectrices s'en donneront à coeur joie, en toute discrétion...