Une libraire indépendante "défend" sa communauté contre Amazon

Louis Mallié - 16.06.2014

Edition - International - Amazon - Colorado - Margie Wilson


Le mois dernier, KAFM, une station de radio locale basée dans la ville de Grand Junction dans le Colorado, a annoncé un futur partenariat avec Amazon Smile, initiative lancée par le distributeur fin 2013 proposant de verser 0,5 % du prix des achats à une association à but non lucratif. La radio pensait bien faire. Mais ainsi que le rapporte Shelf Awareness, Margie Wilson, propriétaire de la librairie indépendante Grand Valley Books, a plaidé contre le distributeur, sommant la station de radio, au nom du salut de la ville, d'abandonner l'idée...

 

Sauf qu'avec 0,5 % de l'achat reversé, Amazon ne fait surtout que prendre...

 

 

À l'annonce de l'information du partenariat, Margie Wilson a donc contacté par mail plusieurs dizaines de commerçants locaux,  demandant : « comment est-ce qu'une radio sans but lucratif peut espérer gagner le soutien de la communauté si elle incite les gens à acheter sur le net ? ». Selon elle, l'idée serait d'autant plus absurde que KAFM gagnerait bien peu en retour - il faudrait qu'un client dépense 10.000 $ sur Amazon pour que la radio espère gagner 50 $ - et que le partenariat s'exercerait donc au détriment de la communauté. « C'est un acte inconséquent en vue d'obtenir quelques centimes d'un distributeur qui est célèbre pour ses méthodes de prédateurs depuis des années », résume-t-elle.

 

D'après The Daily Sentinel l'email a su se faire entendre, et KAFM a rapidement pris conscience du mécontentement de la ville en rencontrant Margie Wilson, devenue véritable porte-drapeau des « anti-Amazon » le 28 mai dernier. Le président de la station de radio, Barry Barak, a déclaré au Daily Sentimental avoir été avoir été  « inconscient des pratiques commerciales d'Amazon »... Et pour rajouter une couche d'excuse, il a expliqué, non sans paradoxe, que la petite station de radio étant « une organisation sans but lucratif et de petite taille, nous sommes toujours à la recherche de moyen de faire rentrer de l'argent. »  Mais ici, selon ces mots, la somme était bien « ridicule ».

 

Quatre jours après la rencontre, KAFM a donc déclaré dans un communiqué avoir annulé le projet de partenariat avec Amazon. « La direction de KAFM a décidé de stopper son affiliation avec les programmes d'Amazon Smile.  La décision a été prise après plusieurs discussions entre les membres de KAFM et des représentants des commerces locaux. »

 

Interogée par Self Awareness, la propriétaire de Grand Valley Books s'est avouée particulièrement heureuse du soutien qu'elle a reçu dans les dernières semaines via Facebook, mail, téléphone - certaines personnes se déplaçant même dans sa petite librairie pour lui manifester leur adhésion.

 

Mais elle a surtout souligné que les choix des organisations à but non lucratifs et les petits commerces devaient se montrer vigilants dans leurs choix. Selon elle, Amazon ne rongerait pas seulement les petits commerces, mais l'économie et la culture des petites communautés comme celle de Grand Junction : « Nous menons tous le même combat afin d'être plus rigoureux quant à nos sources de revenus. J'ai tenu à faire valoir aux yeux de KAFM le fait que les décisions de ce genre ne sont pas seulement des décisions à court terme, mais bien plutôt des choix philosophiques qui en disent long sur la culture de leur organisation. »