Une librairie de Creil dénonce l'attribution d'un marché à la SFL

Nicolas Gary - 24.01.2013

Edition - Librairies - appel d'offres - librairie - grossiste


Le maire de la ville de Creil (Oise), Jean-Claude Villemain a un petit souci : la librairie Entre les lignes, qui depuis quatre ans fournissait les bibliothèques de la ville, dans le cadre des appels d'offres, a été cette année renvoyée à ses cartons. En effet, lors du dernier appel d'offre, c'est la Société Française du Livre, ou SFL, qui a été préférée. Un grossiste, au détriment d'une librairie indépendante... 

 

 

 

 

« C'est honteux pour la ville et honteux de la part du maire, de ne pas soutenir les commerces de sa ville », explique, courroucée, Anne Lesobre, cogérante de l'établissement, avec sa soeur Claire. « La proposition et la politique de la SFL sont hyper agressives et que la mairie ait décidé de ne pas retenir notre offre est regrettable. C'est un enjeu majeur pour une ville que de garder une librairie, alors que tant d'autres ferment, partout en France. »

 

Les clients de l'établissement ne s'y sont d'ailleurs pas trompés : alertés de ce refus, ils ont rapidement mis en place une pétition, pour interpeller le maire de la commune. « Les gens ont très rapidement compris quel était le problème pour nous, et nous ont apporté un soutien immédiat. » C'est à l'initiative des lecteurs que la pétition a été lancée, « et nous sommes agréablement surprises de cette fédération autour de notre cause », assure la libraire.

 

Des courriers ont été adressés au maire de la ville, pour lui signaler ce qui apparaît non seulement comme une injustice, mais également comme un danger pour le commerce local. « Nous ne sommes d'ailleurs pas les seuls libraires à avoir perdu des appels d'offres au profit d'un grossiste. Dans plusieurs autres villes, nous avons des confrères qui nous font part de cette situation. »

 

Toutes les instances ont été alertées, tant le Syndicat de la librairie française que le Centre national du livre, mais sans réponse pour le moment. « Ce qui est difficile, c'est que cette mobilisation sur ce sujet nous empêche de travailler correctement. » Et la perte du marché met également l'établissement dans une situation financière délicate.

 

Voilà le message de la pétition :  

Nous avons appris avec colère et stupéfaction que la mairie de Creil avait retiré le marché des livres de la médiathèque à la librairie « Entre les Lignes », et ce, non pas au profit d'une autre librairie de proximité, ce que nous aurions tout à fait compris, mais d'un grossiste d'une autre région.

M le Maire, votre réponse est de dire que la librairie « Entre les lignes » ne répondait pas aux termes du marché, en particulier pas de suivi des commandes par internet.

  • Mais cette réponse omet le fait que la collaboration entre la librairie et la ville s'est faite sans problème pendant des années, que ce soit pour les livres scolaires ou la médiathèque d'ailleurs. 
  • Cette réponse omet également le fait qu'un appel d'offres peut tout à fait, en amont, être rédigé de sorte à favoriser la proximité et l'emploi local, et que la proximité de la librairie, précisément, rend inutile le suivi des commandes par internet, critère qui semble fait exprès pour exclure les petites structures.
    M le Maire, la présence de la librairie « Entre les lignes », avec les autres librairies complémentaires que sont la « Renaissance » et la « maison de la BD », d'ailleurs, est une chance pour notre ville. En ces temps de crise, nous avons besoin de culture et d'emploi local à Creil.
    C'est pourquoi nous vous demandons instamment de revoir votre position, et de mettre parmi les premiers critères la proximité et l'emploi local pour tous les appels d'offres à venir de la ville, qu'il s'agisse d'ailleurs de livres ou d'autres choses. Nous espérons ainsi que dès l'an prochain, les librairies de l'agglomération pourront à nouveau prétendre répondre aux appels d'offres de la ville avec des chances raisonnables de remporter le marché.
    De fidèles lectrices et lecteurs des librairies de centre ville 

 

La mairie, contactée  par ActuaLitté, nous précise qu'elle n'a fait que respecter la règle des marchés publics. « La proximité géographique ne permet pas de choisir un prestataire et ce type de procédé est condamné au pénal, dans le code des appels d'offres. Ce n'est pas de gaieté de coeur que nous avons dû opter pour la SFL, et l'on comprend parfaitement le dépit des libraires. »

 

Et d‘ajouter : « L'établissement des soeurs Lesobre est professionnellement tout à fait reconnu, et le maire lui-même en est un client régulier. Mais dans ce contexte, il ne s'agissait pas de Jean-Claude Villemain, lecteur et client de la librairie Entre les lignes, mais de Jean-Claude Villemain, maire de Creil. »