Une librairie next-gen dans le Quartier latin imprime les livres à la demande

Cécile Mazin - 04.03.2016

Edition - Librairies - librairie europe PUF - savoirs inauguration - impression demande


Les Presses Universitaires de France avaient choisi la technologie de l’Espresso Book Machine, sorte de grosse imprimante permettant de produire des livres. En 7 minutes, 220 pages sont réalisées – l’année passée, les visiteurs du Salon du livre de Paris avaient d’ailleurs pu découvrir cette machine. 400 titres du catalogue Que Sais-je ? étaient imprimés en temps réel. Désormais, c’est au cœur du Quartier latin que les PUF inaugurent leur librairie, équipée d’une EBM.

 

Xerox PUF, impression à la demande - Salon du Livre de Paris 2015

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« Utilisant les technologies les plus innovantes, les PUF mettent leur développement au service de la diffusion de la pensée et du savoir, toujours fidèles à leur mission d’enrichir le patrimoine intellectuel français et universel », explique l’éditeur dans une présentation de sa nouvelle boutique. 

 

L’établissement sera installé au 60, rue Monsieur le Prince, dans le VIe arrondissement : cette nouvelle librairie, située non loin de la Sorbonne, permet également à l’éditeur de renouer avec le secteur, « après 17 années d’absence ». 

 

Les clients pourront non seulement découvrir, mais aussi profiter de l’Espresso Book Machine à disposition. Un choix de livres à imprimer à la demande, fabrication immédiate sous les regards médusés, sera proposé. Une sorte de prolongement de l’expérimentation menée lors du salon du livre en 2015

 

À l'époque, les PUF avait d'ailleurs choisi un certain nombre de livres, aux formats très différents, « représentatifs des ouvrages que nous publions. Avec une grande variété de titres, pour éprouver la technologie. Nous aurions pu aller plus loin, avec des milliers de titres, mais ce n'était pas nécessaire », nous assurait Fréderic Mériot, directeur général de la maison.

 

« Par cette expérience emblématique, les PUF réaffirment leur vocation d’éclaireur pour mettre à la portée de tous, toujours, partout, et sous toutes les formes, les grands auteurs et les grands textes d’une maison d’édition à l’affût de l’innovation, dans le respect permanent de sa tradition humaniste et centenaire de diffusion du savoir », précisait-ils.

 

La librairie sans livres, ou presque ?

 

Cette fois, l’éditeur s’implante au cœur du Quartier latin, avec le soutien du programme Irénéo de l’Idep, de l’Uniic et de la Ville de Paris (Sémaest). Il s’agit d’une « librairie d’une conception totalement novatrice. Le temps d’un café, ou d’une rencontre avec un auteur, chacun peut fabriquer et acheter son livre parmi le catalogue des titres disponibles du fonds et des nouveautés des PUF, au prix et au format habituels — avec une personnalisation possible », insiste l’éditeur.

 

Librairie next-gen, en quelque sorte, on y retrouvera progressivement l’intégralité des ouvrages présents au catalogue. Avec 3 millions de titres du domaine public mondial, dont 350.000 en français, les PUF devraient avoir de quoi assurer la demande.

 

Son catalogue propre compte plus de 5000 titres, avec notamment la collection Que Sais-je ?, particulièrement connue pour son effort de démocratisation et de vulgarisation des savoirs.  

 

L’expérience donnera également l’occasion de présenter ce que peut être l’économie du livre. « Le coût de revient, pour un certain type de livres – les ouvrages à faible rotation, par exemple... – deviennent plus attractifs à réaliser. En incluant le coût des invendus, du pilon et de toutes ces choses qui amputent la rentabilité d’un livre, l’impression à la demande offre de multiples perspectives. Cette machine en présentation sera un bon exemple. »