medias

Une Maison de la presse emblématique de l'Allier ferme ses portes

Bouder Robin - 20.04.2017

Edition - Société - maison presse allier - fermeture maison presse - crise secteur presse


La Maison de la presse de la commune de Moulins-sur-Allier, en Auvergne-Rhônes-Alpes, existe depuis 50 ans mais, comme beaucoup d'autres en France, est maintenant sur le point de fermer. Daniel et Isabelle Bonin mettent fin à un an et demi d'une aventure passionnée. Nous avons rencontré le gérant du commerce.

 

Une Maison de la presse emblématique de l'Allier ferme ses portes

Maison de la presse de Moulins-sur-Allier - Isabelle et Daniel Bonin

 

Daniel Bonin était devenu propriétaire de la Maison de la presse en janvier 2016, par passion. « Ma femme et moi avons eu envie de reprendre ce commerce parce que nous croyions au projet, et aussi par amour de la région », nous explique-t-il.

 

Cet ancien Parisien a toujours aimé ce milieu, et la presse en particulier. Auparavant directeur de centre culturel, il est parti s'installer avec son épouse Isabelle en Auvergne, région chère à leur cœur où ils avaient l'habitude de passer leurs vacances.

C'est là qu'ils ont acquis la propriété de la Maison de la presse de Moulins-sur-Allier, avec l'idée d'en faire un commerce qui « rassemble, où les gens sont contents de partager et découvrir ». Après 50 ans d'existence, le commerce est devenu un lieu presque emblématique de la commune.

 

Pour préserver une librairie, la mairie décide d'acheter le fonds
 

Malheureusement, la passion ne suffit pas toujours. À l'heure d'internet et des grands commerces, la concurrence est rude. « Nous avons beaucoup de points de vente à Moulins, ainsi qu'un centre commercial monstrueux », précise Daniel Bonin. Un centre Leclerc qui, finalement, dessert plus le métier qu'autre chose, selon lui, puisqu'il a été construit récemment sans véritable stratégie.

 

Pourtant, les habitants de Moulins-sur-Allier montraient de l'enthousiasme pour la reprise de la Maison de la presse. « Nous avions un noyau de clients fidèles, mais cet élan de solidarité de leur part n'a pas suffi. » Ouverture 7 jours sur 7, mise en avant de livres spécialisés, carterie... Tous les changements qu'a pu apporter Daniel Bonin ne sont pas parvenus à faire monter son chiffre d'affaires.

 

Le livre en Nord-Pas de Calais : librairie, presse, papeterie, ces mal-aimées
 

« Le secteur de la presse est en crise ; impossible de récolter assez d'argent pour pouvoir vivre décemment. Nous avons décidé de tout arrêter avant de nous endetter. » La Maison de la presse ferme donc définitivement ses portes, le couple n'ayant trouvé aucun repreneur.

 

Et la suite de l'aventure ? « Je vais chercher à travailler dans des métiers à dominante culturelle. » Malgré ses déboires et un secteur qui rencontre des difficultés certaines, Daniel Bonin continuera donc de suivre la voie de la passion.