Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Une nouvelle publication de Joyce divise les spécialistes

Xavier S. Thomann - 16.06.2013

Edition - International - Joyce - Finnegans Wake - Finn's Hotel


C'est bientôt le Bloomsday. Le 16 juin exactement. Comme chaque année les Dubliners vont fêter leur écrivain fétiche, James Joyce. C'est aussi l'occasion pour Ithys, une petite maison d'édition locale, de sortir un recueil de textes de l'auteur. Les universitaires et autres joyciens débattent du statut à accorder à ces textes au sein de l'oeuvre de l'auteur d'Ulysse et de Finnegans Wake

 

 

 Finn's Hotel - Dublin

Finn's Hotel,

William Murphy, CC BY-SA 2.0

 

 

L'objet du débat ? Une dizaine de textes, écrits par Joyce six mois après avoir terminé l'écriture d'Ulysse. Il s'agit autant d'esquisses que de nouvelles, réunies sous le titre de Finn's Hotel. La maison d'édition soutient que les textes étaient faits pour être publiés ensemble. Plusieurs spécialistes ne sont pas d'accord avec cette théorie.

 

Danis Rose, qui préface le recueil, estime que c'est là un recueil indépendant et non un travail préparatoire pour Finnegans Wake : 

 

Ces vignettes ne sont pas des esquisses de Finnegans Wake, puisqu'elles ont été écrites alors que Finnegans Wake n'avait pas encore été conceptualisé. C'est plutôt l'inverse ; Finnegans Wake est un vaste développement des histoires qui sont à l'intérieur de Finn's Hotel. En quelque sorte, Finn's Hotel est à Finnegans Wake ce que Dubliners est à Ulysse. Il ne s'agit pas de la même chose, même s'il y a une intertextualité thématique ».

 

Même son de cloche de la part d'Anastasia Herbert de la maison d'édition Ithys. Elle explique : « C'est très peu probable que Joyce savait en 1923 ce qu'il ferait en 1938 ». En d'autres termes, ce n'est pas très cohérent d'affirmer que nous avons affaire ici à des esquisses préparatoires pour Finnegans Wake

 

Plusieurs universitaires ne voient pas cette publication d'un bon oeil. Ils reprochent à Danis Rose de présenter ces textes comme un cycle à part entière dans l'économie globale de l'oeuvre. Selon eux, rien n'indique que c'était le souhait de Joyce.

 

Derek Attridge de l'université de York a la position suivante : « La théorie de Rose qui n'a pas, à ma connaissance, été approuvée par d'autres spécialistes, est que ces textes  étaient destinés à faire partie d'un volume intitulé Finn's Hotel. Sauf si Rose a trouvé des preuves tangibles que ce “travail” n'est pas la lubie d'un éditeur, la parution de ce volume ne peut qu'endommager la réputation de Joyce ». 

 

Anastasia Herbet ne semble pas perturbée par ces critiques. Elle met en avant le recueil comme « un portrait de Joyce dans l'année qui a suivi Ulysse. » Quoi qu'il en soit, cette petite controverse ne devrait pas perturber les festivités du 16 juin. Au programme notamment une lecture en ligne d'Ulysse par des gens du monde entier. 

 

 

(via The Guardian)