Une offre de reprise pour Virgin, portée par Patrick Zelnik

Nicolas Gary - 19.01.2013

Edition - Economie - Patrick Zelnik - Virgin megastore - offre de reprise


Alors que la ministre de la Culture a promis dans un récent entretien que non seulement, on ne toucherait pas à la loi Lang, au risque de se mettre les librairies à dos, et continue en parallèle de promettre qu'elle va trouver un repreneur pour Virgin, c'est du côté de l'éditeur Naïve qu'une solution pourrait venir. 

 

Pour Aurélie Filippetti, le temps ne presse pas : « Il y a quatre mois pour trouver un repreneur. Plusieurs pistes sont intéressantes. » Patrick Zelnik, lui, n'attendrait pas si longtemps.

 

 (c)Jean-Baptiste Millot/qobuz.com

 

 

Cofondateur du Virgin megastore des Champs Élysée et patron de la maison de disques (et d'édition), Naïve, il envisagerait de formuler une offre dans les prochaines semaines - avant la mi-février, grosso modo. Il aurait d'ailleurs en tête un projet tout à fait louable : « Un endroit qui rassemblerait des artisans, des labels indépendants, mais aussi des distributeurs de disques ou des marques high-tech qui loueraient de façon éphémère ou dans la durée des espaces à l'instar de ce qui se fait dans un grand magasin. » (via Les Echos)

 

En outre, un rachat permettrait de finaliser le concept de distribution de produits culturels tels qu'il l'envisage depuis des années. Selon nos confrères, Patrick Zelnik assure que le président Hollande et la ministre Filippetti sont tous deux très mobilisés sur la question Virgin.

 

Tout le contraire de ce que les syndicats ont pu retenir de leur rencontre, cette semaine, avec les ministères du Travail, du Commerce et de la Culture. « Par rapport au volontarisme affiché dans la presse, de la part de la ministre de la Culture, c'est une véritable douche froide. Elle a multiplié les déclarations pour assurer qu'elle ferait tout pour trouver un repreneur... hier, la question a été soulevée, sans que personne ne réponde », expliquaient-ils à ActuaLitté.