Un "artiste de la drague" accusé de banaliser le viol dans ses livres

Clément Solym - 09.09.2015

Edition - International - séduction drague - livre violer - pétition Montréal


Les Pick-Up Artists ont connu leur heure de gloire sur internet, où se sont multipliés les forums d’échanges. Se décrivant comme des Artistes de la Séduction, ils échangeaient – voire vendaient – des conseils pour séduire en quelques astuces. Mais un certain Daryush Valizadeh, connu sous le nom de Roosh V, attire l’attention pour de bien sinistres raisons.

 

 

Quelques livres de Roosh V.

 

 

Les PUA faisaient commerce de leur savoir-faire, multipliant les conférences payantes, les sorties pédagogiques et initiatiques, mais se sont également distingués par la publication d’ouvrages. Comment draguer en cinq minutes, et autres déclinaisons sur le même thème ont proliféré, profitant du format numérique, et de l’essor d’Amazon. Les livres se multipliaient, comme des petits pains, et assuraient des rentrées d’argent aux coachs en séduction. 

 

Tout cela ne partait pas vraiment d’une mauvaise intention, la mise en pratique s’inspirait tout à la fois de la programmation neuro-linguistique, de trucs et astuces de magiciens, et d’une dose essentielle d’imagination.

 

Roosh V, résidant à Washington, comptait donc parmi les acteurs de ce mouvement et il commercialisait jusqu’à lors une vingtaine de livres. Se présentant comme un champion de la néo-masculinité, il est menacé de voir tous ses livres supprimés, suite au lancement d’une pétition qui a déchaîné les foules. 

 

Elle était ivre : "Cela n'a pas aidé que je sois sobre"

 

Selon le créateur de ce mouvement, désormais suivi par près de 210.000 personnes, Roosh V dissimulerait en réalité un comportement de violeur, qu’il aurait d’ailleurs admis dans l’un de ses ouvrages, Bang Iceland: How To Sleep With Icelandic Women In Iceland. Le titre se traduit assez facilement, et Roosh confesse dans le livre qu’il a fini par avoir des relations sexuelles avec une femme tellement ivre, qu’elle ne pouvait pas être vraiment consciente de ce qui se passait. « Cela n’a pas aidé que je sois sobre, mais je peux dire que je ne m’en suis pas soucié ni n’ai hésité. »

 

Le témoignage est d’autant plus troublant qu’il avoue qu’aux États-Unis, clairement, « avoir des rapports avec elle aurait été un viol, étant donné qu’elle ne pouvait légalement pas donner son accord ». Roosh a fait paraître une série de livres intitulés Bang, récits de voyages dans une multitude de pays. 

 

La pétition réclame donc au PDG d’Amazon qu’il retire les livres du PUA, considérant d’une part les faits pointés et racontés, mais surtout, que la société prenne position. « Ce n’est pas une histoire de censure : il s’agit de s’assurer que lui et Amazon ne fasse pas de profits avec le viol », clame la pétition. Et d’ajouter : « Je vous en prie : reconsidérez les livres en stock de Daryush Valizadeh. Ce ne sont pas des conseils de drague, ils normalisent et diminuent la gravité du viol. »

 

New post: Worst Summer Hiatus Ever

Posted by Roosh V on vendredi 4 septembre 2015

 

Or, l’auteur, plutôt que de la mettre en veilleuse, a publié un billet sur son blog, pour railler toute cette mouvance. Il met en ligne deux vidéos montrant comment il a été agressé « par des féministes tarées » à Montréal et une autre pour défendre son point de vue. 

 

Il était alors venu pour faire une lecture de son livre. Mais la situation a dégénéré. 

 

 

Une expérience qui occasionnera l’écriture d’un livre, jure-t-il. « Les attaques pour faire taire mon discours, censurer mes livres et faire tomber mes sites m’ont un peu chahuté, mais pas assez pour m’assommer. Depuis que je suis engagé dans mon travail, je ne reculerai pas devant des attaques de ce genre, qui, j’en suis sûr, se poursuivront à l’avenir. »

 

Il a d’ores et déjà profité de son passage à Toronto pour mettre une série de vidéos en ligne, chacune venant prendre sa défense...