medias

Une pétition demande à Rowling, “hypocrite”, d'accueillir chez elle 18 réfugiés

Clément Solym - 21.02.2017

Edition - International - Rowling réfugiés accueil - migrants maison Rowling - accueillir réfugiés Rowling


« Joindre l’acte à la parole », c’est ce qu’une pétition réclame, pointant les multiples interventions de JK Rowling sur les réseaux. À force de l’entendre s’indigner du sort des migrants, certains ont décidé de solliciter la romancière : après tout, elle dispose de 18 pièces dans sa maison. De quoi accueillir des réfugiés, non ?

 

LÉ Samuel Beckett Recovers 5 Deceased Persons While Rescuing 118* Migrants During a Search & Rescue Operation 40 Nautical Miles North East of Tripoli

Irish Defense Forces, CC BY 2.0

 

 

« Nous demandons à JK Rowling d’héberger pas moins de 18 réfugiés dans sa demeure, pour une durée d’au moins huit ans », annonce tout de go le texte des signataires. La crise des réfugiés nécessaire que 250.000 maisons soient construites chaque année en Grande-Bretagne pour répondre au besoin des réfugiés, assurent-ils.

 

Et la solidarité doit désormais s’exprimer autrement que sur Twitter. « Nous pensons qu’il est temps pour elle de faire preuve d’une authentique solidarité. JK Rowling dispose de 18 chambres dans ses résidences en Grande-Bretagne, et pourrait facilement procurer un logement de longues durées, sans parler de l’espace disponible sur sa gigantesque propriété pour ériger des abris pour les réfugiés. »

 

Si vous ne pouvez pas vous imaginer sur l’un de ces bâteaux, alors il vous manque [un cœur]. Ils sont en train de mourir pour vivre une vie meilleure.

 

 

À cette heure, plus de 37.560 personnes ont signé la pétition. Elle ne laisse que peu de place à Rowling, évoquant son « hypocrisie », assimilée à celle des personnalités hyper-riches, dont les dons « même par millions, sont une goutte d’eau dans l’eau, car le contribuable devra payer des milliards au cours des décennies suivantes ».

 

Et de souligner que ces élites qui « défendent l’ouverture des frontières sont des hypocrites qui ne partageront jamais la vision d’une classe ouvrière, qui doit vivre au quotidien avec les réfugiés ». Moralité : « fournissons de nouveaux colocataires » à Rowling.

 

Le discours semble un brin orienté, tout de même. Et l’on se demande bien s’il n’abrite pas quelques relents d’extrémismes. Pour l’heure, la romancière n’a toujours pas répondu à la pétition.