Une plateforme d'autopublication promet 100 % de droits d'auteur

Antoine Oury - 12.05.2015

Edition - Economie - Gatekeeper Press - rémunération droit d'auteur - autopublication


Gatekeeper Press est une start-up américaine, et le fait que son dirigeant soit lui-même un auteur autopublié pèse probablement pour beaucoup dans sa stratégie. La société promet en effet un taux de rémunération des auteurs de 100 %, signifiant que Gatekeeper Press ne prélève rien sur la vente des livres numériques. Les auteurs indépendants choisiront eux-mêmes le prix de vente, mais devront tout de même lâcher les 30 % de commission habituels des plateformes de vente.

 


Money!

(David Beyer, CC BY 2.0) 

 


Communication bien huilée pour Gatekeeper Press, qui met donc en avant ce taux de rémunération, plus qu'alléchant : 100 % du montant issu des ventes reviendra à l'auteur indépendant, qui choisit le prix de son ouvrage. Bien entendu, il faudra compter la commission des revendeurs dans l'équation. On se souviendra qu'Amazon avait aussi fait de l'argument un élément central de Kindle Direct Publishing, avec la promesse de 70 % des revenus versés à l'auteur.

 

Malgré tout, Gatekeeper Press n'est pas si révolutionnaire que ça, puisque son modèle économique est basé sur un système d'achats de service. L'auteur peut commencer avec la conversion et la distribution du livre numérique, pour 249 $, une distribution au format papier avec une technologie d'impression à la demande, pour 249 $ supplémentaires, le design d'une couverture (189 $) et une relecture plus ou moins précise (entre 6,50 $ et 10,50 $ pour le millier de mots).

 

Bien évidemment, l'achat de tous ces services permettra d'obtenir une réduction, mais tout de même. Le modèle économique est donc ici basé sur des achats de service, plutôt qu'une part sur les ventes des ouvrages. Les auteurs conservent l'intégralité de leur droit sur les livres qui passent par Gatekeeper.

 

Rob Price, le créateur de la plateforme, est donc lui-même auteur, et à la tête de Price World Publishing, maison d'édition indépendante. Il est également trésorier de l'association des éditeurs indépendants, et assure que Gatekeeper peut se permettre de ne compter que sur les services, étant donné les faibles frais généraux et sa connaissance préalable de l'édition.

 

(via Publisher's Weekly)