Une plateforme européenne pour faciliter la gestion des contenus

Antoine Oury - 17.12.2013

Edition - Justice - RDI - Commission européenne - gestion des droits


La Commission européenne planche depuis plusieurs mois sur des perspectives de modernisation du droit d'auteur, et l'ouverture de la plateforme RDI, pour Rights Data Integration, fait sans aucun doute partie de cette politique. D'autant plus que cette plateforme, à la fonction encore nébuleuse, est dans une période de test pour 27 mois.

 


I want your content - Uncle Sam

(www.bloei.seCC BY 2.0)

 

 

La plateforme Rights Data Integration s'adresse à tous les niveaux, des propriétaires aux gestionnaires de droits, et bien sûr à l'utilisateur final. Le site, déjà en ligne, semble vouloir relier ces différents intervenants autour d'une présentation simple et didactique du droit d'auteur. « S'il est difficile de trouver les ayants droit d'une oeuvre, elle est plus susceptible d'être piratée. Rendez ce point plus clair et plus simple, et les contrevenants auront beaucoup moins d'excuses », explique Andrew Farrow, coordinateur du projet.

 

En affichant audio, vidéo, images et textes, et en y associant une définition précise de la protection intellectuelle qui leur est attachée, RDI espère bien fluidifier les échanges. « RDI essaye de mettre en place un lieu où l'utilisateur pourrait se rendre et dire "Je veux acquérir les droits sur cette image, ou ce texte, ce morceau de vidéos" et se retrouver sur une page où les informations seraient claires et exactes », explique encore Farrow.

 

Il est certain que le problème de l'achat des droits, comme de la localisation précise de l'ayant droit, a toujours constitué une zone grise où les usages, surtout, constituaient la règle. Difficile toutefois d'accorder beaucoup d'espoir à une seule plateforme, dont la publicité risque d'être moindre. Par ailleurs, les créateurs utilisant un grand nombre d'oeuvres, comme dans les mash-ups ou les remix, pourraient se retrouver desservis par ce type d'initiatives, qui leur imposeraient l'achat des droits d'utilisation.

 

Une intégration dans une recherche Google pourrait se montrer plus efficace, et cette solution semble à l'étude. Les 27 mois du projet pilote permettront sans doute d'ajuster l'offre aux meilleurs usages possible. La plateforme est en partie financée par la Commission européenne pour la compétitivité.

 

(via Journalism.co.uk)