Une poétesse américaine vous lit ses poèmes par téléphone

Clément Solym - 06.07.2011

Edition - Société - christle - recueil - téléphone


La poétesse américaine Heather Christie publie un second recueil en offrant à ses lecteurs l'opportunité de l'appeler pour l'écouter lire un de ses poèmes.

Heather Christie garde le contact avec ses fans. Plutôt que de faire sa promotion en courant à travers le pays, elle a décidé de laisser son numéro de téléphone sur son site Internet pour permettre à ses lecteurs de  découvrir son nouveau recueil de poèmes The Trees The Trees (Les Arbres Les Arbres) à l'oral plutôt qu'à l'écrit.

Vous pouvez l’appeler aux horaires suivants jusqu’au 14 juillet (Heure de NY, soit moins 6h de Paris) :

M: 10am-6pm
T: 10am-1pm
W: 10am-6pm
Th: 10am-1pm
F: 10am-6pm
S: 12pm-6pm
Su: 12pm-6pm
 
Heather Christle avait tout d’abord des motivations personnelles pour ce projet. Elle explique au Guardian  :
Mon père est de la marine marchande, et lorsque moi et ma sœur étions jeunes, nous lui enregistrions des messages sur des cassettes. Je lui posais des questions et marquais toujours un temps de pause en attendant une réponse. Ce qu’il y a d’à la fois merveilleux et triste avec la technologie est que l’on espère toujours que quelqu’un de réel est toujours au bout à écouter. J’ai donc pensé que ce serait intéressant de lancer une dynamique qui consisterait à lire ces poèmes (qui s’adressent souvent à un « tu »), directement à quelqu’un d’autre, à travers la distance intime que peut créer le téléphone.
 
Jusqu’à présent, elle a  reçu environ soixante appels, de la part de lecteurs au profil très différents. D’un couple de Toronto voulant écouter un poème d’amour à une classe du Massachusetts.

« Je suis vraiment étonné de voir comment les lecteurs réagissent différemment. Certains disent très rapidement qu’ils appellent pour un poème, l’écoutent, me remercient et raccroche aussitôt. D’autres veulent discuter un peu avec moi sur ce projet. J’adore quand les gens me disent d’où ils appellent. Un homme m’a appelé pendant sa pause de travail, ce qui m’a fait chaud au cœur. Quand la personne qui appelle semble vouloir discuter, je lui dis où je suis également. Je pense que c’est plutôt incroyable de savoir que le poème qu’ils viennent d’entendre a été lu au milieu du rayon shampoing dans un supermarché. »
ajoute Christie au Guardian.

Christle affirme qu’elle ne peut pas s’approprier complètement l’idée des lectures de poèmes par téléphone, en rappelant que le poète Frank O’hara qui prétendait placer le poème entre deux personnes plutôt qu’entre deux pages dans son manifeste Personism. Il eut l’idée en écrivant un poème à son amante en 1959, qu’il eut préféré lui lire au téléphone que de lui envoyer le poème sur papier.

Christle rappelle rappelle aussi que le projet « Dial-a-poem » commencé par l’artiste et le poète américain John Giorno en 1968 était dans la même mouvance. C'était un service téléphonique de masse qui proposait des poèmes aux personnes qui composaient le numéro et qui reçut des millions d'appel.

The Trees The Trees est publié par la maison d’édition Octopus Books