Une publicité assimile livre papier et ebook à des détritus : poubelle !

Nicolas Gary - 25.02.2019

Edition - International - livre déchet poubelle - développement durable environnement - livre détritus poubelle


Le livre est-il un déchet comme les autres ? Une récente campagne de communication menée en Italie semble l’admettre. C’est dans la ville de Corato (région des Pouilles, extrême sud-est de la péninsule), que le drame s’est déroulé. Et l’édition a du mal à tourner la page.  

Poubelle
Yann Gar, CC BY SA 2.0
 

La société chargée de la gestion des déchets dans la ville a placardé sur un panneau de la ville une publicité des plus étonnantes : « Préférez les produits durables ayant un impact moindre sur l’environnement. »

Et pour l’illustrer, on retrouve un livre papier et une liseuse. Singulier.

Corato est située non loin de la côte, à une quarantaine de kilomètres de Bari, et grande proximité de plusieurs stations balnéaires. On imagine aisément des plages souillées de vaisselle en plastique et autres – mais de là à classer les livres dans la catégorie des déchets, c’est lourd.

Selon Mariella Sivo, militante impliquée dans la maison de la culture de la ville, Presidi del Libro di Corato, on frise l’imbécillité. « Ça semblait une blague. Mais ce ne l’est pas. [...] Le livre ne peut pas être considéré comme un déchet. »
 


Après tout, la mairie de Paris avait tenté d’infliger une amende à une habitante qui déposait un livre sur un banc... dans le cadre d’un book-crossing. Elle considérait qu'il s'agissait là d'un dépôt d'ordures : l’erreur est humaine,  non ?

Sur les réseaux sociaux, l’indignation n’a pas manqué : depuis le 22 février, ce panneau affiché dans la municipalité fait peine à voir. Et l’association des éditeurs indépendants (ADEI), manque de s’étrangler : « Réduire le livre, de papier ou numérique, à une paille ou un coton-tige : nous n’avions pas encore vu ça. »
 


Et l’ADEI de conclure : « En parant de prise de conscience, peut-être que cette société, l’administration et le publicitaire feraient bien de lire davantage – des livres papiers, sur appareils, en audiolivre : on dit que cela aide à ne pas dire de bêtises. »
 
L’association Borgo Antico, qui organise au mois d’août la manifestation Libri nel Borgo Antico en a profité : « Si les livres sont des déchets pour vous, nous les prenons, de toutes sortes : nous saurons quoi en faire. » Mais derrière la provocante plaisanterie, les autorités de la ville ont commencé à paniquer.

Voyant la polémique enfler, la municipalité de Corato a pris les devants – alors même que la société tentait de se justifier par tous les moyens : « Aucune attaque contre la culture », voyons donc ! Au contraire : le livre c’est l’image même de l’objet qui ressert, qu’on se prête, dont la durée de vie est longue : comment le peuple a-t-il pu comprendre l’inverse du message de la sorte ?

Dans tous les cas, l’affichage publicitaire a été supprimé.


Commentaires
D'autant que le livre papier peut être fabriqué avec du bois issu de forêt bien gérées et est recyclable en fin de vie. La tablette, quant à elle, contient des matériaux rares, dont l'extraction est polluante et est souvent non recyclable. Le plus respectueux de l'environnement n'est pas toujours celui qu'on croit...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.