Une rentrée de folie dans les librairies britanniques

Clément Solym - 14.09.2020

Edition - Librairies


À l’image de ce que les librairies ont pu connaître en France, les confrères britanniques viennent de vivre une période faste. Au cours de la semaine passée, les ouvrages retenus durant le confinement, et d’autres, prévus pour amorcer les ventes de Noël ont connu une explosion de leurs ventes. 

East West Street at the House of Books
 

Avec l’arrivée de Richard Osman, ou encore d’Elena Ferrante, ce sont quelque 590 livres parus depuis le 3 septembre qui affluent dans les librairies. Selon les données du Bookseller, le marché affiche un résultat de 33,6 millions £ sur la semaine du 31 au 5 septembre — soit une hausse de 11,1 % en regard des 7 jours précédents. 

Pourtant, la librairie reste contrainte par les mêmes problématiques que tous les autres commerces : distanciation sociale, quarantaine pour les ouvrages manipulés et quelques litres de gel hydroalcoolique écoulés chaque jour sur le territoire. 

Pourtant, depuis la réouverture en juin, les chiffres affichent des scores insolents. En regard de la même période, sur 2019, on enregistre 9 % de ventes en volume et 11 % en, valeur, pointe le Guardian.

« Nous n’avons rien vu de tel depuis Harry Potter », indique Pat Booth de la librairie Plackitt & Booth à Lytham St Anne, dans le Lancashire. Et c’est manifestement loin d’être fini : le 1er octobre, une nouvelle salve de 790 titres est attendue… Un déluge qui, loin d’effrayer les libraires, réjouirait plutôt.

Kate McHale de la chaine Waterstones le souligne : le public a tellement attendu, et les éditeurs ont tant retardé les titres, que cette déferlante devient fantastique. 


crédit photo : Alan Stanton CC BY 2.0


Commentaires
L'édition s'en sort bien... Les librairies aussi.

Et les auteurs ?
Les auteurs ? 5 à 10 % tarif HT, payés une fois l'an en réclamant leur dû et sans aucune visibilité sur les ventes... Bref un monde qui n'a rien vu de neuf depuis le 19e siècle... Mais qui sait se plaindre si d'autres avancent !



En Angleterre, c'est peut être différent, vu le système des agents... Mais j'en doute !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.