medias

Une signalétique pour Mein Kampf, dans le domaine public en 2016

Clément Solym - 06.10.2011

Edition - Société - hitler - domaine - public


Le sujet va être délicat : l'ouvrage d'Adolf Hitler, Mein Kampf, relèvera du domaine public d'ici cinq ans et d'ores et déjà, plusieurs intellectuels se posent la question d'une nécessaire signalisation sur le livre.

Selon Philippe Cohen, le juriste qui est à l'origine de la réflexion, accompagnée par des historiens, mais également des éditeurs et des philosophes qui se sont regroupés derrière le nom L'initiative pour la prévention de la haine, il faut prendre de multiples précautions.

En effet, l'ouvrage est interdit de séjour que ce soit en Allemagne ou en Autriche. Par ailleurs, le land de Bavière en détient seul les droits ; il s'agit de la dernière résidence historique de Hitler. Mais à compter du 1er janvier 2016, le livre appartiendra au domaine public, et risque de voir sa diffusion largement accrue.

Ainsi, « il serait peut-être temps de mettre en place un outil universel de lecture », estime Philippe Cohen. Universel, dans le sens où il ne s'agit pas de mettre en place une censure contre le livre, mais plutôt un marqueur, ou une signalétique, comme c'est déjà le cas en France depuis 1979. Finalement, à l'image de ce que l'on trouve sur les paquets de cigarette ou bouteilles d'alcool, on parlerait plus d'un avertissement à destination du lecteur.

L'ouvrage n'est plus autorisé en Russie depuis mars 2010, et en février de la même année, plusieurs historiens allemands, ayant formulé le souhait de rééditer le livre, à titre scientifique, autant qu'historique, s'étaient heurtés à un refus du land bavarois.

Pour Richard Prasquier, président du CRIF, « la publication de Mein Kampf, c'est une histoire horriblement compliquée. La décision à prendre, les choix sont très douloureux », expliquait-il en 2009.

Le hic est qu'une version manga était sortie en 2009, et avait connu un vif succès dans le pays. Et Philippe Cohen d'ajouter : « Il s'est répandu dans le monde arabe, en Iran, en Inde ou au Liban et on estime qu'il s'est vendu à 100.000 exemplaires en France depuis 1945. » En Allemagne, 12 millions d'exemplaires avaient été vendus entre 1923 et 1945.

La question du domaine public pourrait toujours être réglée par une révision du statut de l'oeuvre, qui permettrait de prolonger le nombre d'années avant que le livre ne tombe dans le domaine public. Mais cette solution ne ferait que faire reculer le problème.