Une solution numérique pour les librairies indépendantes britanniques

Clément Solym - 21.05.2012

Edition - Librairies - librairie - lecture numérique - Angleterre


Alors que l'inattendu (l'insensé, diraient certains) s'est produit, et que la chaîne de librairie britannique Waterstone's vient d'annoncer un partenariat avec Amazon, pour la vente du Kindle, le Royaume-Uni est plongé dans une certaine perplexité. Si l'on pouvait plus décemment tabler sur un accord avec Barnes & Noble et Microsoft autour du Nook, l'arrivée du Kindle dans les librairies, c'est un peu le loup lâché dans la bergerie avec Permis de bâfrer…

 

Difficile en effet de considérer cette solution comme viable, surtout en regard de ce qui arrive au partenaire d'Amazon, l'éditeur Hougthon, qui accuse une dette de 3,1 milliards $. Doit-on lire dans la décision de Waterstone's les prémices d'un acte désespéré ? (voir notre actualitté)

 

Surtout que Tim Godfray, directeur de la Booksellers Association vient d'annoncer qu'une collaboration forte allait être présentée pour les libraires indépendants, avec les sociétés Kobo, aNobii et Hive, le 14 juin. Une initiative qui concernera la lecture numérique, pour les libraires, et un coup de pouce fort pour les aider à commercialiser des livres numériques et des lecteurs ebook. 

 

 

 

Selon Tim, l'expertise des libraires indépendants reste primordiale. « Le lien qui attache Waterstone's à Aamzon pour la vente du lecteur ebook Kindle et l'offre d'autres services Kindle montre combien il est important pour les libraires d'être en mesure de donner aux consommateurs qu'ils se trouvent dans un lieu où les ebooks et lecteurs ebook peuvent être achetés au côté des versions imprimées. Mais de démontrer également combien la relation avec le client, les services et les conseils sont importants. » (via The Bookseller)

 

Dans ce contexte, des discussions avec plusieurs plateformes en vue du développement de services attractifs pour les libraires et les clients ont été entamées. Et déboucheront sur une annonce en juin. 

 

aNobii est détenu par les sociétés HMV, HarperCollins, Penguin et Random House. Il s'agit d'une web application avec option réseau social qui permet d'enregistrer et de partager des informations sur une bibliothèque personnelle et la liste d'oeuvres qu'elle contient. Le patron de aNobii s'était déjà fait remarquer en demandant la fin des DRM, assurant même qu'il préférerait Hadopi aux verrous numériques. « Hadopi, une initiative française pour combattre le piratage, semble produire des bons résultats sans pour autant recourir à l'approche draconienne apportée par des lois comme la SOPA aux États-Unis ». (voir notre actualitté)

 

Hive, de son côté, appartient à Gardner et s'est spécialisé dans la numérisation de données. 

 

Notons également que du côté de l'American Booksellers Association, un accord de ce genre était toujours en cours de réflexion en mars dernier. « Le Kindle est bon marché et facile à utiliser. Pourquoi est-ce que nous les librairies on ne pourrait pas, avec nos associations professionnelles, sortir un lecteur qui serait branché, performant, pas cher et facile à utiliser pour promouvoir les ebooks Google ? » s'est interrogé Katherine Bennett, propriétaire de Undercover Books & Gift aux États-Unis. (voir notre actualitté)