Tendance à la hausse pour le marché du livre français

Antoine Oury - 14.10.2015

Edition - Les maisons - France livre - marché du livre - SNE chiffres


Il ne s'agit que d'un bilan de mi-parcours, mais il est particulièrement encourageant : le Syndicat National de l'édition a évalué les recettes nettes de l'édition française pour la première moitié de l'année 2015, et signale une hausse de 3,2 %. Après quatre années de baisses successives, la nouvelle ne peut que réjouir le secteur, même si seul le bilan de fin d'année fait foi.

 

SNE (Syndicat national de l'édition) - Salon du Livre de Paris 2015

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Au fil des années, le bilan dressé par le Syndicat National de l'Édition s'était installé dans une certaine morosité : en 2014, le revenu net des éditeurs atteignait les 2,652 milliards €, contre 2,687 milliards € en 2013, soit une baisse de 1,3 %. L'année la plus sévère avait été 2013, avec un recul de 3 % des revenus, après une baisse plus mesurée, de 1,2 %, pour 2012.

 

+ 3,2 % à la mi-2015, c'est donc un cadeau bienvenu pour le secteur du livre, mais pas totalement inattendu, puisque dans son bilan 2014, le SNE notait des signes d'amélioration. « Cependant, cette baisse est moins importante que chez tous nos voisins européens et des signes forts annoncent une reprise en 2015 », peut-on lire sur le site du Syndicat National de l'édition.

 

Interrogé à la Foire du Livre de Francfort, Antoine Gallimard, PDG de Madrigall, troisième groupe d'édition français, modère quelque peu l'enthousiasme : « Pour savoir s'il y a vraiment une reprise du marché du livre, il faudrait avant tout isoler les best-sellers du reste de la production », explique-t-il. Effectivement, la présence ou l'absence de best-sellers, que l'on parle de Harry Potter, de Fifty Shades of Grey ou d'un album d'Astérix, bouleverse considérablement les résultats d'un secteur entier. Ainsi, le résultat global d'un secteur peut être à la baisse, quand les recettes de plusieurs maisons de ce secteur sont à la hausse.

 

« Ce que l'on constate, toutefois, c'est que les librairies de 1er niveau [grandes librairies et grandes surfaces culturelles, NdR] ont une meilleure activité, avec une hausse avérée de 3 % de l'activité. Pour la grande distribution, cette reprise n'est pas là, l'activité serait même plutôt à la baisse », observe Antoine Gallimard. Qui attendra le bilan de l'année entière pour tirer des conclusions, même si, sans trop de doutes, « 2015 sera une bonne année ».

 

Pour le moment, le SNE n'a pas commenté plus avant ce chiffre.

 

Mise à jour 14/10/2015 : après précision apporté par le SNE, le chiffre a été fourni par nos confrères Livres Hebdo, et ne proviennent pas d'une étude de marché du SNE.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.