Université : Fillon ne supprimera pas de postes, mais l'action se poursuit

Clément Solym - 26.02.2009

Edition - Société - réforme - université - suppression


Face au mouvement des enseignants-chercheurs qui ne sont pas décidés à se laisser faire pour la réforme de leur statut, le Premier ministre François Fillon a décidé de revenir sur certains points.

Tout d'abord il a annoncé hier qu'« Aucune suppression d'emploi d'enseignant-chercheur ne sera effectuée en 2010 et 2011 », et plus généralement selon une déclaration de Valérie Pécresse, la ministre de l'Enseignement supérieur « Il n'y aura pas de suppression d'emplois en 2010-2011 dans l'université ».

En outre, l'ancien décret sur cette réforme est jeté à la poubelle, et il sera remplacé par un autre basé sur les discussions de la ministre de l'Enseignement supérieur avec les syndicats.

Pour autant, ces déclarations n'ont pas suffi pour que la journée de mobilisation d'aujourd'hui soit annulée. Si le SNESUP-FSU est plutôt satisfait que François Fillon « ose plus clairement prononcer l'enterrement de la version actuelle du décret » il considère qu'« il reste encore aux universitaires à faire prendre en compte l'ensemble des principes que la mobilisation déterminée porte ». Ceci vaut notamment pour la remise en place des postes qui ont été supprimés en 2009.

Le syndicat « Sauvons l'université » estime de son côté qu'« Après des mois de surdité et d'aveuglement, le Premier ministre marque une reconnaissance, tardive et biaisée, de l'ampleur des revendications de la communauté universitaire ».

Pour beaucoup il faut profiter de cette « timide ouverture » pour faire entendre toutes les revendications. Selon l'Union des étudiants communistes « Plus que jamais l'heure est à la mobilisation ».

De nouvelles journées d'action sont encore prévues notamment les 5 et 10 mars mais aussi le 19 à l'occasion de la journée d'action interprofessionnelle.