USA : Des éditeurs opposés à une loi sur le libre accès à l'édition savante

Clément Solym - 07.03.2012

Edition - Justice - Federal Research Public Access Act - Libre accès - Association of American Publishers


Lundi, un groupe réunissant 81 éditeurs de revues universitaires s'est officiellement opposé à la dernière itération du Federal Research Public Access Act (FRPAA), qui permettrait le libre accès de leurs travaux académiques.

 

Le FRPAA est une loi demandant à ce que les travaux académiques des bénéficiaires de subventions fédérales soient données en libre accès, pas plus de six mois après leurs publications dans une revue académique.

 

 

 

 

 

« Le FRPAA n'est rien de plus qu'une tentative d'exercer un droit de préemption intellectuel, mais sans compensation équitable pour les auteurs et les éditeurs » a commenté Tom Allen, le président de l'Association of American Publishers, dans un communiqué.  

 

Ils accusent cette loi de mettre en péril leurs revenus financiers, mais aussi d'ajouter des dépenses additionnelles aux agences fédérales, forcées de dépenser plus de fonds vers la création d'archives, la création et la gestion de nouvelles bases de données et d'infrastructures pour gérer la diffusion des articles.

 

La loi, introduite en février à la Chambre des représentants et au Sénat des États-Unis ; est la troisième itération du FRPAA depuis 2006, les deux premières versions n'ayant pas été votées.

 

L'Association of American Publishers (AAP) a envoyé des lettres aux législateurs de premier plan des deux chambres pour critiquer cette loi et demander sa révision. Parmi les signataires de ces lettres : l'American Chemical Society, l'American Mathematical Society, l'American Psychological Association, Cambridge University Press, Elsevier, Springer, et John Wiley & Sons.