USA : La hache de guerre enterrée entre Amazon et Hachette Book

Nicolas Gary - 13.11.2014

Edition - Economie - Hachette Amazon conflit - accord livre papier ebooks - vente commerce retards


En regard de ce qui a opposé les deux groupes, le communiqué de presse ressemble à une invitation cordiale à assister à un baptême. Les dragées en moins. Les deux sociétés, dont le différend avait débuté en novembre 2013, annoncent qu'elles sont parvenues à « un accord pluriannuel », qui concerne « la commercialisation aux USA des ebooks et des livres imprimés ». Le tout présenté avec une nonchalance qui frise la leçon de diplomatie géopolitique.

 

 

 

Michael Pietsch, CEO de Hachette Book aux USA, et David Naggard, vice-président Kindle, n'évoquent en effet rien des problèmes commerciaux qui ont mis les sociétés dos-à-dos, laissant les auteurs en plein milieu du champ de bataille, et les lecteurs, hagards, totalement de côté. Seul Amazon poursuit d'ailleurs sur son éternelle lignée, en assurant que l'accord « prévoit une incitation pour Hachette Book group à proposer des prix plus bas ». Chose qui devrait, toujours selon la société de Jeff Bezos, « [profiter] autant aux lecteurs qu'aux auteurs ». 

 

Si l'accord n'interviendra qu'à compter du début de l'année 2015, son périmètre d'action laisse comprendre en plat, les raisons mêmes du conflit. En effet, il est acté que HBG fixera le prix de vente au détail de ses livres numériques, et s'il pratique des tarifs bas, disposera de « conditions plus avantageuses ». Secret militaire oblige, lesdites conditions resteront sous le sceau de la confidentialité. 

 

Pour l'heure, d'ailleurs, les deux firmes « retrouvent leurs relations commerciales normales », et histoire de compenser les pertes, les livres de HBG profiteront d'une mise en avant particulière. Chose amusante, parce qu'avant le conflit, en guise de relations « normales », Hachette avait dû s'acquitter d'une amende, suite à l'enquête du ministère de la Justice américain, qui soupçonnait le groupe d'entente avec Apple. Et d'augmentation arbitraire et exagérée du prix de vente des ebooks.

 

Autant dire que la normalité, ce sont des dizaines de millions de dollars, dont l'éditeur a dû se délester, juste avant d'entrer dans un bras de fer plutôt tendu. Nous reviendrons demain, plus longuement, sur cette affaire.