Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

USA : Les indépendants moins menacés que les grandes chaines

Louis Mallié - 28.03.2014

Edition - International - Angleterre - Jane Friedman - Amazon


L'éditeur et journaliste Jane Friedman a partagé hier « cinq graphiques montrant combien l'édition est en train de changer » sur Pinterest, le réseau social de partage d'images. Selon l'un d'entre eux, les grandes firmes de distributions pâtiraient plus du commerce en ligne que les libraires indépendants au Royaume-Uni.

 

 

 

 

Passée de 25,1 % à 43,8 % entre janvier 2010 et novembre 2012, la part des ventes de livres via les commerces en ligne a largement grignoté celles des autres catégories de détaillants et notamment des grandes chaines  : les plus grosses sont les plus appétissantes. Ainsi les parts de marché de ces dernières sont passées dans le même laps de temps de 31,5 % à 18,7 %. La part des libraires indépendants à quant à elle sensiblement augmenté.

 

Même si elle reste faible face aux volumineux chiffres qui viennent d'être énoncés, son passage de 2,4 % à 3,7 % montrerait que leur marché n'est pas en déclin, contrairement à ce que l'on voudrait croire. Parmi les plus gros perdants, au rang des grandes chaines, on peut nommer Barnes & Nobles dont les parts de ventes ont chuté de 31,5 % à 18,7 %. 

 

Si l'accroissement de part de marché des ecommerçants semble se faire essentiellement aux dépends des grandes chaînes, certains observateurs se demandent si le plus grand ennemi des libraires indépendants est réellement Amazon. Ceux-ci pointent notamment des boutiques ayant récemment mis la clé sous la porte en invoquant des difficultés à s'acquitter de taxes et loyers…  (via Teleread)