USA : un journaliste "flingue" Hillary Clinton dès la couverture de son livre

Julie Torterolo - 04.11.2015

Edition - International - Hillary Clinton - couverture - Doug Henwood


À moins de deux mois de sa sortie, le prochain livre du journaliste américain Doug Henwood remue déjà les réseaux sociaux outre-Atlantique. Baptisée My Turn, l’ouvrage entend apporter une analyse — pas toujours tendre — de la candidate démocrate aux élections présidentielles américaine, Hillary Clinton. Et le rédacteur du magazine libéral The Nation a choisi de représenter la candidate de manière évocatrice pour sa couverture... Ce qui est loin de faire l’unanimité. 

 

Couverture du livre de Doug Henwood

 

 

Dès le premier coup d’œil sur My Turn, une Hillary vêtue d’une robe rouge sang, pointant un « gun » bien droit devant elle apparaît, de manière assez agressive. Et le sous-titre n’y va pas non plus de main morte : « Hilary Clinton vise la présidence ». 

 

« Les gens voient souvent les textes ce qu’ils veulent voir. La réaction à cette couverture, qui circule depuis moins de 48 heures, en est l’exemple parfait », a confié Doug Henwood à MSNBC. Dans son ouvrage, ce dernier dénonce sa politique étrangère et financière, guidée davantage par l’opportuniste que par la réelle conviction, selon lui. Il avait déjà lancé en 2014 dans un essai intitulé Stop Hillary! publié dans le Magazine Harper que hormis « son expérience et le fait qu’elle soit une femme, il était difficile de trouver un argument politique de fond en sa faveur ».

 

Depuis le 30 octobre, date à laquelle la couverture a été dévoilée par l'auteur sur Twitter, les réactions se sont enchaînées : tandis que les partisans d’Hillary en dénoncent le « sexisme », des personnalités comme Joan Walsh, journaliste au journal Salon, ou encore Jon Lovett qui a écrit les discours d’Obama pendant trois ans — ont désigné la couverture comme « grossière » ou « dégoûtante ». D’autres ont parlé de « couverture de l’année ». 

 

 

 


Pourtant, la créatrice du dessin, Sarah Sole, — qui l’avait réalisé avant le livre de Doug Henwood — se dit partisane de la candidate. « J’aime Hillary, je soutiens Hillary Clinton, je veux qu’elle soit présidente. Je vais certainement voter pour elle », a-t-elle ainsi confié au International Business Times. Depuis 2008, année de la défaite de Clinton par Barack Obama pour l’investiture du Parti de la gauche démocratique, Sarah Sole s’est éprise de la candidate et a peint pas moins de 10 portraits d’elle. Elle avait alors réalisé celui d’Hillary affublée d’un pistolet en octobre dernier. L’œuvre avait été publiée dans Politico avec le titre « Extremely Ready for Hillary ». « Personne n’avait été choqué à ce moment-là », s’étonne alors la peintre. 

 

Elle explique ensuite qu’elle a fait connaissance du journaliste sur Facebook, les deux étant autant fascinés l’un que l’autre par leur travail respectif. Elle a accepté de donner sa peinture pour la couverture qu’elle décrit comme « sexy et très pulp », avec une seule condition : les propos du livre doivent être mesurés, et ne pas être aussi virulents que le Stop Hillary!, qu’avait déjà écrit le journaliste auparavant.

 

Ce dernier se dit d’ailleurs touché par les accusations de sexisme. « Je veux être très prudent et ne pas franchir la ligne, mais je veux aussi être capable de la critiquer sans être appelé de primitif et misogyne », avait-il dit l’année dernière à Jeffrey Goldberg pour The Atlantic. Quant à son choix de couverture ? D'après lui, une jolie référence au côté « froid et impitoyable » de Clinton et ses récentes positions sur la guerre en Syrie.