Un groupe de chrétiens américains contre un livre transgenre

Julie Torterolo - 09.09.2015

Edition - International - George - Alex Gino - théorie du genre


Les livres jeunesses évoluent souvent de pair avec la société. Depuis quelques années, la problématique du genre devient alors une thématique courante des ouvrages jeunesses. George d’Alex Gino raconte l’histoire d’un petit garçon qui veut se faire appeler Mélissa. Un récit qui ne fut pas du goût d'une partie de la communauté chrétienne américaine.

 

 

 

George, d’Alex Gino, sorti aux éditions Scholastic, est un ouvrage jeunesse relatant l’histoire d’un petit garçon de 10 ans. Jusqu’ici rien d’exceptionnel. Mais le prénom Mélissa arrive très vite au gré des pages. George se sent mal dans un corps de garçon et souhaite en effet qu’on l’appelle par ce nouveau prénom. Le thème des enfants transgenre est alors simplifié afin d’être compris par les 3 à 7 ans. Son auteur, Alex Gino, est d'ailleurs lui-même transgenre. 

 

Selon CBN, plus de 10 000 ouvrages auraient été envoyés aux enseignants et bibliothèques. Une nouvelle qui fait réagir une partie de la communauté chrétienne américaine, vivement opposée à la thématique.

 

« Il est déjà assez difficile pour les enfants normaux de naviguer et de se réconcilier avec leur sexe, leur identité, ce que cela signifie d'être un garçon ou une fille », a commenté Peter Sprigg du Family Research Council, organisation chrétienne conservatrice des États-Unis. « Cela va non seulement amener une plus grande confusion mais également ajouter des luttes supplémentaires à celles qui existent déjà dans le cours normal des choses pour les enfants », a-t-il ajouté.

 

Alors que le livre a été écrit pour comprendre les enfants transgenres et bien sûr favoriser la tolérance, Peter Sprigg explique que cela empêcherait les enfants concernés de recevoir un traitement utile.

 

« Il veut mettre des idées dans les esprits de ceux qui luttent en quelque sorte. Mais cela est complètement inutile parce que la recherche montre que la plupart des enfants qui luttent avec des problèmes d'identité de genre voient ces problèmes résolus avant l'âge adulte et ne changent en réalité pas d’identité par rapport à leur sexe biologique », continue Sprigg.

 

Toujours est-il que Scholastic présente George comme étant un livre de tolérance, qui encourage les enfants « à être qui ils sont ». De quoi rappeler la correspondance entre le Pape et l’éditrice de l’ouvrage Perchè hai due mamme – un ouvrage jeunesse évoquant l'homoparentalité.