medias

Valérie Pécresse veut “revitaliser le réseau des Maisons de la presse, en banlieue”

Nicolas Gary - 20.03.2018

Edition - Economie - Valérie Pécresse Région - Vincent Montagne SNE - liver lecture IDF


Intervenir sur la chaîne du livre, auprès de tous ses acteurs : c’est ainsi que la présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse a posé les bases de son action. En présence de Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition, elle a rappelé son attachement à la lecture, et la nécessité d’un accès pour tous.


Ile de France - prix lycéens
Agnès Evren (vice-présidente de la région en charge de la Culture), Valérie Pécresse (présidente de la région Île-de-France), Vincent Montagne (président du SNE) et Pierre Dutilleul (directeur général du SNE)
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


 

La région Île-de-France concentre une forte part de l’activité éditoriale : près de 1000 maisons, pour un chiffre d’affaires de 2,8 milliards €, rappelait Vincent Montagne. Mais ce sont également 44.000 auteurs, 500 libraires – soit 27 % de ce que compte la France – ainsi que 1100 bibliothèques et 142 manifestations littéraires. En tout, 31.000 emplois sont liés au livre dans la région francilienne.

 

Mais bien entendu, à l’occasion de Livre Paris, Vincent Montagne a salué le soutien de la Région, qui permet par son stand de pouvoir « représenter la production et la diversité éditoriales ». Selon lui, la présence de petits éditeurs Porte de Versailles permet de profiter d’une vitrine vers l’international. 

 

« Le mouvement de traduction qui s’accentue ces 10 dernières années affiche une croissance de 120 % de l’extraduction [du français vers une langue étrangère, NdR]. Actuellement, 15.000 œuvres sont traduites dans le monde, et le chinois est la première », indique le président du SNE. 

 

Et d’ajouter que dans l’échange entre Livre Paris et la région, « il y a bien plus à faire qu’un stand où les éditeurs sont présents : il nous faut organiser une plus grande collaboration ». 


Livre Paris 2018 : enfin, la mutation du salon s'amorce
 

Message entendu par la présidente, Valérie Pécresse, qui entend « faire de l’Île-de-France une grande région du livre, à travers une politique ambitieuse dans tous ses domaines ». Avec un budget de 18 millions € consacrés au livre – et réparti notamment sur de nombreuses aides à l’ensemble des acteurs, écrivains y compris – la Région se démène depuis quelques mois.

 

En effet, on a pu découvrir les boîtes à livres, ces modèles de book-crossing institutionnalisés, dans les gares. « Le livre est un objet que l’on s’approprie, personnel, et ces boîtes joueront un rôle plus important encore dans les villes qui n’ont plus de librairies », expliquait Valérie Pécresse.

 

Le public, lui, s’en est bien emparé, au point d’oublier parfois de ramener de nouveaux ouvrages en échange. Dans l’intervalle, « nous sommes en demande d’un partenariat avec les éditeurs. Je sais qu’il n’est pas possible de donner les livres invendus, mais peut-être pourrions-nous les racheter à un prix entendu... » 

 

Des solutions à trouver, donc, attendu que 200 boîtes seront prochainement déployées, après les 15 déjà lancées en test, dans les prochains temps. 

 

De même, les 30 leçons de littératures, données dans les lycées, seront 100 l’an prochain, toujours pour lutter contre l’image faussée que les élèves peuvent avoir des auteurs. 

 

Mais le projet de 2018 sera, dans cette perspective d’aide à l’industrie, de parvenir « à revitaliser le réseau des Maisons de la presse, en banlieue », poursuit Valérie Pécresse. « S’il existe des aides aux librairies indépendantes, nous avons besoin que toute la chaîne soit alimentée, pour plus d’accès aux livres. » Les Maisons de la presse seront donc au cœur du projet porté en 2018, aux côtés de ceux déjà menés.

 

« Pour favoriser ce lien qui nous unit au livre, la Région doit lutter contre les inégalités sociales dans l’accessibilité », conclut la présidente.


Région ile de France
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

  

Le stand de la Région Île-de-France aura pour sa part connu une diminution de son chiffre d’affaires, au terme de la manifestation Livre Paris. La librairie a enregistré une diminution de 6 % de son résultat en regard de 2017, alors que la taille de l’espace n’a pas été modifiée, avec ses 350 m2, de même que la localisation est restée inchangée.

 

Des lycées aux gares, la Région accentue
la diffusion du livre en Île-de-France

 

« Soit il y a eu moins de monde que ne l’annoncent les chiffres communiqués par le Salon, soit ils ne sont pas parvenus jusqu’au stand », indique un éditeur. Autre explication : la politique de valorisation de l’îlot Young Adult aura été trop efficace. « D’un autre côté, la présence de peoples, plus que d’ordinaire, opposait peut-être trop d’obstacle pour que les lecteurs arrivent à nous. »

 

Qu’il y ait eu plus de monde, peut-être – Livre Paris annonçait une croissance ce 7 % du visitorat, dans son bilan – mais tout le monde n’aura pas profité pleinement de cet afflux.




Commentaires

Avec l'impact du prélèvement de CSG sur les pensions des retraités qui forment un gros bataillon de lecteurs réguliers formés à une culture scolaire très livresque ou de dispensateurs de cadeaux dans ce domaine, il est à craindre que le livre et sa diffusion se portent encore plus mal!

2,3,4 livres neufs par mois ou 7,8, 10 livres de poche selon les moyens et les appétits multipliés par le nombre de retraités lecteurs, ça risque de faire mal!

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.