Vancouver : les artistes muselés pour les Jeux Olympiques

Clément Solym - 16.02.2010

Edition - Société - Vancouver - artistes - muselés


À Vancouver, y'a actuellement de l'eau dans la neige, depuis que le poet laureate Brad Cran a annoncé qu'il ne prendrait pas part à la saison culturelle qui accompagne les jeux de 2010, en raison des règles auxquelles les artistes doivent se soumettre pour l'occasion.

En effet, ces derniers ont pour obligation de signer un ensemble de clauses et « s'abstenir de faire des remarques négatives ou désobligeantes à l'égard du VANOC [NdR : le Vancouver Organizing Committee for the 2010 Olympic, qui inclut aussi les Paralympic Winter Games] ».


La clause viserait le respect des sponsors notamment, sans qui les Jeux ne pourraient pas avoir lieu, alors que d'ordinaire le discours critique est toujours encouragé.

« Cela dit que les artistes qui participent ne sont pas autorisés à critiquer le VANOC, les jeux ou les sponsorts. Et c'est quelque chose qui, par exemple, n'existait pas durant les jeux de Salt Lake City », explique le poète.

Selon Cran, le VANOC l'aurait invité à lire de la poésie au cours des rencontres littéraires, mais il a estimé que le seul poème qu'il a pu écrire sur l'événement n'aurait pas plu. In Praise of Female Athletes Who Were Told No, raconte la pétition que 14 skieuses ont envoyée pour être incluse dans les jeux d'Hiver de Vancouver.

Sur son blog
, Brad annonce clairement le programme : « Je trouve que c'est une attaque injuste contre la liberté d'expression, mais plus encore, cela démontre que le VANOC représente mal la ville de Vancouver. » Alors que cette dernière est l'une des politiquement progressistes en Amérique du Nord, avec une forte histoire de l'activisme dont les habitants sont fiers.

« Plutôt que de trouver un moyen de célébrer cette attitude importante, le VANOC a décidé d'aller dans le sens inverse », déplore Brad.