Vendant 1 million d'actions Amazon, Jeff Bezos empoche 3 milliards $

Victor De Sepausy - 06.08.2020

Edition - Economie - Jeff Bezos Amazon - vente action Bezos - actions Amazon Bezos


Running gag : qui est riche au point de peser autant que Nike voire McDonald’s, souhaite partir dans l’espace et vous livrera bientôt des colis avant même que la commande ne soit passée ? N’en jetez plus, évidemment, c’est Jeff Bezos. Qui après avoir battu un record de capitalisation en une journée, vient d’écouler une partie de ses actions d’Amazon. 2 %, précisément.

Flag Day Naturalization Ceremony Honoring Jeff Bezos
 

On découvre avec la stupéfaction d’un adolescent trouvant un point noir sur son front la veille d’une soirée attendue que Jeff vient d’écouler 1 million de ses actions Amazon. Si le montant de l’action varie, il est autour de 3100 $ depuis quelques semaines. Avec cette vente, c’est donc un chèque de 3,1 milliards $ que le PDG encaisse. 

Les documents, rendus publics en début de semaine (voir ici) indiquent que la vente s’est effectuée entre 3102 et 3183 $ suivant les actions. 

Que faire avec tout cet argent ? Eh bien, Bezos expliquait déjà en 2017 qu’il se séparait d’un milliard chaque année pour financer son projet spatial, Blue Origin. Mais l’an passé, c’est un montant de 2,8 milliards $ qu’il a revendu et plus tôt en 2020, au mois de février, il a cédé pour 4 milliards $ d’actions. 
 
Évidemment, personne ne commente ce type de transaction, sans risquer de voir un météorite s’écraser dans son salon. 

Et pour évoquer l’altruisme de celui qui s’efforce de robotiser ses salariés, notons qu’il a pris part à une initiative de 10 milliards $ concernant le changement climatique. Ou encore abondé au fond Day 1, à la hauteur de 2 milliards $ pour soutenir les services à destination des sans-abri et l’éducation de la petite enfance. 


photo : NMAH, CC BY NC 2.0


Commentaires
Que c'est beau, cet homme a peut-être un cœur. D'un coté il traite ses salariés comme des données numériques, sans âme, juste bon à faire des paquets et en silence, et de l'autre il donne des miettes à destination des sans-abri. Un vrais conte de fées au pays du néo-capitalisme Trumpien.
Je suis toujours étonné de voir ce genre d'articles (et plus généralement de commentaires).

Bezos n'a pas volé son argent : il a créé une entreprise (ce que 99Þs commentateurs ne seront jamais capable de faire), mis de l'argent sur la table pour financer ses idées (idem) et enfin mouiller la chemise pour y arriver (rebelotte).

Tout ça dans un cadre légal : il ne vend pas de la drogue, ne pose pas une arme sur la tête de quelqu'un...

Alors que reste-il aux jaloux ? Ben, la jalousie dirait la Palisse !

Que l'on dénonce sa façon de traiter les employés (et encore, je pense qu'il se contente d'appliquer la loi, donc c'est difficile), mais qu'on le dénonce pour avoir gagné SON argent, ça me parait toujours petit.

En plus, ce mec investit dans des trucs que personne ne ferait jamais, comme l'espace (même s'il n'y a aucune philanthropie derrière).

Voilà, je n'ai aucun atome crochu avec ce gars, ni Amazon, mais je trouve que ça abaisse le débat. Surtout qu'on se demande le rapport avec Actualitté pour le coup wink

À moins que ce soit un problème d'argent... et du coup, on pourrait parler de la frilosité des éditeurs... français à financer leurs auteurs (français, parce que lâcher un milliard d'euros pour récupérer notamment un très célèbre auteur américain, ils savent faire...).

Je dis ça, je dis rien tongue rolleye
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.