Vendre le livre de Victor Hugo pour rebâtir Notre-Dame : un appel aux libraires

Antoine Oury - 16.04.2019

Edition - Librairies - notre dame victor hugo - notre dame paris livre - libraires victor hugo


Ce 15 avril au soir, la stupeur et le désespoir ont frappé devant l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Comme bien d'autres, en France ou ailleurs, Amandine Ardouin, libraire à Senlis (librairie Saint-Pierre) et son confrère de la librairie Michel de Fontainebleau, ont suivi, impuissants, le combat des pompiers contre les flammes. Ce matin, ils ont décidé d'appeler aux dons, à leur manière : céder leur marge sur les ventes du classique de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris.

Notre-Dame de Paris, le mardi 16 avril 2019 (Eos Clio, CC BY-NC-SA 2.0)


L'émotion, tant en France qu'à l'international, est grande, au lendemain du terrible incendie qui a ravagé une grande partie de la cathédrale Notre-Dame, à Paris. Une collecte a immédiatement été ouverte pour réunir les fonds nécessaires à la rénovation de ce chef-d’œuvre de l'architecture gothique : 3,3 millions €, à l'heure où cet article est écrit, ont d'ores et déjà été récoltés, selon la plateforme de dons.

Amandine Ardouin, qui tient la librairie Saint-Pierre à Senlis (Oise), propose aux libraires de participer à leur manière à cette collecte. Comment ? En vendant des livres, bien sûr, mais surtout un livre : Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo. « À chaque fois qu'il y a un événement comme celui-ci, on sait que les ventes de livres sur le sujet suivent », remarque Amandine Ardouin.

La disparition d'un auteur ou un événement de l'actualité — par exemple les attentats parisiens qui avaient remis en avant le livre d'Ernest Hemingway, Paris est une fête — incitent en effet les citoyens à se tourner vers un écrivain ou un texte. « Dès le matin, nous avons eu des demandes pour ce livre, mais c'est très difficile de le vendre, en sachant pourquoi », ajoute la libraire.

Pour elle, la solution s'impose : « Je passe un appel aux libraires de France : il faut verser la marge que nous tirons des ventes du livre pour financer la reconstruction », explique-t-elle. « Ce n'est pas grand-chose bien sûr, mais, en tant que citoyen, c'est la contribution que nous pouvons apporter. » Bien sûr, le montant à l'unité sera faible, d'autant plus qu'il dépend des éditions et des remises obtenues par chaque libraire, mais les petites aides font les grands ouvrages.

Les deux exemplaires de Notre-Dame de Paris que la librairie Saint-Pierre avait en stock sont partis ce matin, et une commande a été passée. « Les ventes du livre vont prendre de l'ampleur pendant un mois, pas plus. L'idée, c'est de voir la somme tirée de ces ventes de Notre-Dame de Paris sur cette période, puis d'en faire un don à la cagnotte nationale », détaille Amandine Ardouin.

La librairie propose même un écriteau fait par ses soins, à afficher en librairie pour informer les clients.
 


La libraire espère que son appel sera aussi entendu par les maisons d'édition : « Cette somme serait symbolique, ce n'est pas grand-chose, mais chacun peut apporter sa pierre à l'édifice. » En raison de l'absence de droits sur le texte de Victor Hugo, entré dans le domaine public, de nombreuses maisons d'édition le publient : Folio, Pocket, le Livre de Poche ou encore Flammarion.

Les librairies en ligne sont également invitées à participer, Amazon en tête, qui annonce d'ores et déjà l'irruption du classique de Victor Hugo dans les meilleures ventes.
 
Amandine Ardouin espère capter un maximum l'attention de collègues et d'acteurs du monde du livre, pour mobiliser rapidement. « Dimanche, mon mari et moi avons fait les touristes à Paris, en admirant tout ce patrimoine, et le lendemain tout prend feu », se désole-t-elle. Si l'impuissance a dominé pendant les événements, le moment semble donc venu de se retrousser les manches.


Commentaires
Les Editions du Net répondent volontiers à l'appel de ces libraires. Nous avons reçu des commandes de Notre Dame de Paris dont nous publions la version papier de la base Gallica de la BnF. Nous reverserons notre marge pour la reconstruction de Notre Dame ainsi que la BnF qui nous a donné son accord. Nous communiquerons demain matin le montant reversé par livre vendu.
Visiblement, Amazon profite bien de ce boom des ventes… ! mad

Vont-ils penser à reverser aussi qq chose ?
Et pourquoi ne pas revendre du Pagnol ou du Frédéric Mistral pour reconstruire les maisons écroulées de Marseille ? Ce serait une belle façon de rendre hommage à ceux qui ont trouvé la mort dans ce qui a été une véritable catastrophe... Combien de morts dans ce qui n'est que l'incendie de ND ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.