Venezuela : les lecteurs en lutte, les librairies en berne

Clément Solym - 02.04.2014

Edition - International - Venezuela - librairies - accès aux livres


Si les difficultés financières de la librairie inquiètent les professionnels un peu partout en Europe, il en va manifestement de même au Venezuela. Manifestement, l'accès aux livres ne compte pas parmi les premières préoccupations du gouvernement. Dans le même temps, alors que des établissements pourraient fermer, les étagères sont de plus ne plus peuplées de jouets, de papeterie, voire de nourriture. Trouver un ouvrage relève de la gageure…

 

 

venezuela

Chu❤, CC BY NC ND 2.0

 

 

Le conférencier et écrivain Ignacio Baguer assurait la semaine passée, que la disparition progressive de l'accès aux livres soulevait de nombreuses interrogations. « Bien qu'il soit impossible de prévoir les conséquences précises d'un retour de l'illettrisme de masse dans notre culture, on peut envisager que les gens seront moins intelligents, moins capables de résoudre leurs problèmes - et moins capables de progrès. »

 

Sur Globovision, un habitant témoigne des difficultés à se procurer un ouvrage : en librairie, de tristes leitmotive ont remplacé les livres. Soit on ignore quand le titre sera disponible, soit il n'est tout simplement pas en stock, soit… on n'a pas de nouvelles du distributeur. Arriverait-on à un âge où la curiosité ne sera plus en mesure d'être satisfaite ? Les gens se retourneront vers d'autres loisirs, désertant des boutiques qui elles-mêmes se vident de leur substance…

 

Nuccio Ordine, écrivain, expliquait pourtant, avec une lucidité cinglante : « Dans un univers totalitaire, en effet, un marteau est plus efficace qu'une symphonie, un couteau qu'un poème, une clef plus qu'une peinture : il est aisé de mesurer l'efficacité d'un outil, alors qu'il est de plus en plus difficile de comprendre à quoi peuvent servir la musique, la littérature, l'art. » Désabusé ? Ou simplement conscient de difficultés inhérentes au siècle ?

 

Le saut technologique, trop souvent présenté par de solides marketeux, pas nécessairement que mal intentionnés, n'est pourtant pas une solution suprême. Outil complémentaire, facilitant l'accessibilité, il pallie les absences constatées, les manques que l'on regrette. Le Venezuela passera-t-il par cette transition ? Amazon a déjà mis un pied dans le pays, et le désintérêt qui semble régner ouvre une fois de plus la porte à l'Américain.

 

Depuis l'an passé, ce dernier se démocratise pourtant dans le pays. Aucune étude et aucun bilan n' pour le pays, permettant de savoir quelle est l'offre actuelle. De même, les éditeurs engagés dans la numérisation de leur fonds ne se font pas particulièrement connaître. On sait simplement que des bibliothèques travaillent à la numérisation des catalogues, et que pour l'heure, le plus grand éditeur du pays, Monte Ávila, dispose d'une cinquantaine de titres à télécharger. 

 

Dans ce contexte, comme c'est toujours le cas en l'absence d'une offre légale, le piratage est particulièrement redouté. Mariana Libertad Suárez, coordinatrice d'Equinoccio la maison d'édition de l'Université Simón Bolívar, assure qu'il n'y a pourtant aucun risque. Elle met en avant le fait qu'il existe des protections numériques pour les livres numériques et d'autre part, le fait que l'impression ne soit pas exempte elle-même du piratage.

 

Reste alors à se tourner vers les universités : en février 2013, un programme d'accès aux ouvrages en version numérique a été mis en place, avec le prêt de 200 lecteurs ebook. « Le but de cette opération, est de permettre aux gens d'accéder à des contenus numériques de toutes sortes », précisait alors Ruben Reinoso, ministre délégué aux développements de la chose universitaire. 

 

A l'époque, seuls quatre établissements sont concernés par cette mesure, les universités Bolivarianas de Venezuela (UBV), la Universidad Nacional Experimental de las Artes (Unearte), la Politécnica Territorial de Aragua Federico Brito Figueroa (Upta) et le Colegio Universitario de Caracas (CUC). Mais pour l'instant, aucun retour n'a été effectué.