Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Vente à distance : à quand un tarif postal non prohibitif pour les livres ?

Clément Solym - 08.12.2016

Edition - Economie - poste livre courrier - édition coût envoi - éditeur vente distance


Envoyer un livre par La Poste est rapidement ruineux, les éditions Le Héron d’argent en font l’expérience. La maison a d’ailleurs mis en ligne une pétition réclamant un changement de politique commerciale chez La Poste, sous peine d’asphyxier les petits éditeurs. 

 

Postes

Peter Palander, CC BY 2.0

 

 

« C’est tout le problème quand on est une maison qui ne dispose pas d’un distributeur », nous explique Le Héron d’argent. Et le problème devient vite colossal : au 1er janvier 2015, les tarifs d’envoi pour les livres ont été revus par La Poste. Depuis cette date, tout ouvrage mesurant plus de 3 cm de hauteur allait être facturé plein pot. « 6,90 € en réalité, si l’on dépasse les fatidiques 3 cm », note la maison.

 

Vivement débattus par les instances du Syndicat national de l’édition, ces 3 cm avaient donné lieu à des levées de boucliers... puis à une offre commerciale montée pour l’occasion. Frequenceo éditeurs était lancé pour aider les maisons à envoyer uniquement leurs services de presse et exemplaires gratuits. Certes un coût moindre, mais limité à des usages non commerciaux.

 

Quand les petits trinquent...

 

Autrement dit, les libraires qui font de la vente à distance, ou les petites maisons, comme Le Héron d’argent, sont lésés. Frequenceo éditeurs, comme son nom l’indique, ne concerne que les maisons d’édition. Or, dans le rapport d’Hervé Gaymard, rendu en octobre 2009, le Syndicat de la librairie française notait que « l’accès des libraires à Internet est entravé par le coût élevé du transport de livres du fait de l’absence, pour les envois en France, de tarif postal spécifique, contrairement à ce qui se pratique dans plusieurs autres pays européens ».

 

Le constat qu’opère l’éditeur est simple : les frais d’expédition sont mortels pour les petites structures et freinent les libraires. « L’on comprend alors les libraires qui renoncent à commander nos ouvrages à regret, se rabattant uniquement sur les grosses éditions disposant d’un distributeur (et ne passant donc pas par La Poste), ce qui leur assure des marges indispensables à leur survie. »

 

Livres et tarifs postaux, "seul Amazon reçoit les faveurs de La Poste"

 

Il existe pourtant bien un tarif spécial, qui permet l’expédition de livres à des tarifs plus raisonnables, mais ce dernier est réservé pour l’étranger. « Réclamons un tarif Spécial Livres National, à l’image du Livres et Brochures fonctionnant à l’étranger : agissons pour la culture, pour les petites structures, pour la diversité de la littérature », lance la maison, qui tente de faire entendre raison avec une pétition. 

 

Et d’ajouter : « Nous lançons cette pétition, car nous sommes solidaires »


• Du secteur libraire qui continue d’avoir le courage de commander les ouvrages des éditions indépendantes.
• De tous les lecteurs résidant en France souhaitant partager leurs coups de cœur de lecture par La Poste.

• De l’extrême richesse culturelle que représente le livre, aujourd’hui, en France, et de sa qualité d’objet artistique exceptionnel qui doit être reconnue par La Poste. 

• Des agents de La Poste, qui comprennent les tenants et aboutissants de la situation, mais n’ont aucune solution à proposer lorsque les volumes d’envoi ne sont pas suffisants au quotidien.

 

La pétition est à retrouver à cette adresse.