Vente d'ebooks : Hachette UK divise la profession

Clément Solym - 25.09.2010

Edition - Société - contrat - agence - ebooks


Hachette a évidemment emporté l'adhésion de tous en Angleterre en imposant auprès de ses revendeurs qu'ils appliquent les prix fixés par l'éditeur dans le cadre de la vente d'ebooks. Adhésion, certes, parce que le cas pourrait faire jurisprudence.

L'histoire de la vente de livres numériques est intéressante, particulièrement depuis qu'Apple a proposé aux éditeurs la création d'un modèle d'agence. L'éditeur fixe son prix, et Apple le vend sur l'iBookstore comme tel. De quoi contrer les réductions excessives pratiquées sur ces ouvrages, et juguler l'hémorragie.

En annonçant que ce système allait être généralisé en Angleterre, Hachette UK connaît évidemment un peu de résistance de la part des vendeurs. La plupart d'entre eux ont refusé de commenter cette situation nouvelle : imposer le prix de vente de livres, en Angleterre, ça fait bien des années que l'on n'avait pas vu ça. Reste que la discussion commerciale est ouverte, et que chacun peut venir frapper à la porte de l'éditeur pour négocier.

Les vendeurs grognent

Chez WH Smith, rapporte cependant The Bookseller, on est clair : un prix fixé par l'éditeur n'est pas un marché que l'on souhaite passer avec les consommateurs. De même, Foyles qui a décidé de supprimer les ouvrages numériques de Hachette comprend cependant bien la situation. Avec Amazon arrivé récemment dans le pays, il faut absolument stabiliser la situation commerciale et empêcher que ce ne soit un grand n'importe quoi.

Pour les autres...

C'est alors du côté des agents et des autres éditeurs que l'on se félicite de cette initiative. Forcément, cela fait gagner plus aux auteurs, alors c'est bon à prendre. Chez Aitken Alexander, on sourirait presque : « C'est assez paradoxal que les éditeurs qui, voilà peu, arguaient que nous ne devions pas avoir de contrôle sur le prix de vente des livres papier, sont les mêmes qui aujourd'hui font valoir que les éditeurs doivent exercer un contrôle dans le monde numérique. »

Bien sûr, on approuve les vertus du modèle d'agence, et si le mouvement impulsé par Hachette UK est susceptible d'être suivi par d'autres maisons, aucune n'a pour l'heure fait de déclarations.