L'éditeur Simon & Schuster tient bon malgré une baisse de ses ventes

Julie Torterolo - 10.08.2015

Edition - International - Simon & Schuster - Bénéfices - Chute de ventes


L’année 2015 ne donnera pour le moment pas le sourire au semeur de Simon & Schuster. Avec une chute de 5,6 % pour le premier semestre de 2015, l’éditeur n’accuse pourtant pas le coup trop lourdement. La société affiche en effet une hausse de 8,8 % de son bénéfice d’exploitation sur la même période.​

 

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Pour le premier trimestre 2015, Simon & Schuster annonçait une chute des ventes de 5 %. Pourtant, sur la même période, la société a vu ses bénéfices augmenter de 1 million de $. 

 

Le deuxième trimestre ne déroge pas. De mars à juin 2015, la société a en effet fait état de + 8,6 % de bénéfices malgré une baisse 5,6 % des recettes. 

 

Selon Publisherweekly, ce recul des ventes pour le premier semestre de 2015 a été compensé par une baisse des coûts de production et de distribution. 

 

Certains secteurs ont cependant gardé de très bons résultats : les livres audio, par exemple, représentent 24 % des recettes totales de Simon & Schuster au dernier trimestre. « Les ventes des livres audio sont restées particulièrement élevées dans le deuxième trimestre, aidant à compenser une baisse des ventes d’ebooks », a expliqué la PDG de Simon & Schuster, Carolyn Reidy.

 

De même, le livre Selp-Helf de Miranda Sings, youtubeuse bien connu outre-Atlantique, a particulièrement bien fonctionné. 

 

À noter tout de même que ces résultats en demie-teinte de Simon & Schuster ne datent pas de cette année. Pour exemple, les recettes sur les livres imprimés ne cessent de chuter depuis 8 ans : en 2007, ils représentaient 900 millions $, pour s’affaisser à 775 millions $ en 2014.