Ventes en hausse chez Bloomsbury, grâce à la jeunesse

Antoine Oury - 28.10.2015

Edition - Economie - Bloomsbury éditeur britannique - résultats ventes - livres jeunesse Royaume-Uni


La maison d'édition britannique Bloomsbury a dévoilé ses résultats pour la première partie de l'année 2015, qui s'arrête au 31 août : le chiffre d'affaires atteint 52,7 millions £, un résultat en hausse par rapport à celui de la même période pour 2014, à 46,6 millions £. Les romans de John Green et Sarah J. Maas, ainsi que les rééditions de Harry Potter, ont fortement influencé ce résultat.

 

Harry Potter Books - Bloomsbury

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Si le chiffre d'affaires est à la hausse, les bénéfices avant application des taxes et prélèvement se solde à 300.000 £, contre un demi-million £ en 2014. Mais la maison d'édition note la croissance de ses trois secteurs éditoriaux, la jeunesse et le pédagogique, les livres adultes, et les publications académiques et professionnelles.

 

La littérature jeunesse est définitivement le fer de lance de Bloomsbury, qui profite toujours de l'œuvre de J.K. Rowling, Harry Potter : les nouvelles éditions, illustrées par Jim Kay, ont déjà été vendues à 27 éditeurs, pour des traductions. Paper Towns (La face cachée de Margo) de John Green, A Court of Thorns and Roses de Sarah J. Maas et Fuzzy Mud de Louis Sachar sont les best-sellers de cette année.

 

Les résultats du secteur livre adulte gagnent 6 %, à 20,4 millions $, avec un sérieux apport d'Osprey Publishing, éditeur spécialisé acheté en décembre 2014 par Bloomsbury. Les livres de cuisine, note l'éditeur, n'ont toujours pas épuisé l'intérêt des lecteurs.

 

Du côté de l'académique et du professionnel, la croissance est plus mesurée, à 3 %, pour un chiffre d'affaires de 14,4 millions £.