Viacom espère que Google a retenu la leçon de son procès

Clément Solym - 29.10.2008

Edition - Société - viacom - procès - google


C'est assurément l'annonce la plus importante pour le monde de l'édition, mais il semble bien que personne n'en ait véritablement pris conscience en France, puisqu'aucun acteur professionnel n'a décidé de réagir.

Pourtant, les 125 millions $ que Google va payer pour régler son procès marque une véritable tournant. Non seulement parce que son offre va ressembler fortement à un iTunes des livres électroniques, pour ce qu'elle va concurrencer un Amazon sur son propre domaine, la librairie et bien d'autres retombées encore...

Outre-Altlantique, les sociétés n'ont pourtant pas attendu pour réagir et la première d'entre elles a été Viacom. Ce conglomérat américain spécialisé dans les médias (de Dreamworks à l'édition, en passant par la télévision) se féliciterait plutôt de la défaite de Google.

« Il est regrettable que les éditeurs aient dû perdre des années et des millions de dollars pour que Google honore ce principe. » Lequel ? Celui du droit d'auteur. Et d'enchaîner : « Nous espérons que Google évitera le gaspillage de temps et mettra en place plus rapidement un programme pour respecter les films et les séries télévision. »

À travers cette pique, on doit s'écarter quelque peu du monde du livre pour saisir ; Viacom supporte en effet mal de retrouver ses programmes ou ses films sur le célèbre YouTube, et malgré les protestations de Google, qui a racheté le site, Viacom maintient que le moteur ne fait aucun effort pour contrôler ce qui se diffuse, que ce soit soumis au droit d'auteur ou non. D'ailleurs, Google a toujours affirmé qu'il était plus simple pour Viacom de pister et fliquer les vidéos concernées que pour YouTube d'être un super flic.