Vie privée : le jeu compliqué des politiques depuis Giscard d'Estaing

Nicolas Gary - 07.04.2014

Edition - Justice - Audrey Pulvar - Valery Giscard d'Estaing - vie privée


Audrey Pulvar a décidé d'empêcher la publication du livre de Besma Lahouri, Prends garde à toi si je t'aime, à paraître aux éditions Michel Lafon. La maison, contactée par ActuaLitté, souligne que pour l'heure, la date de parution est maintenue. « Le livre sera disponible jeudi, et actuellement, nos avocats se sont mis en relation. » On ne change donc rien au calendrier.

 

 

Audrey Pulvar

Hegor, CC BY SA 3.0

 

 

Dans l'ouvrage, le chapitre 8 est en effet consacré à l'ancienne animatrice, avec le titre plus qu'éloquent Audrey Pulvar : le prix d'une bêtise, et qui raconte sa relation avec Arnaud Montebourg, et les répercussions que cela a pu avoir. Elle avait en effet partagé sa vie avec l'homme politique, et successivement connu quelques déboires dans les rédactions où, journaliste, elle intervenait. i-Télé, France Inter… entre 2010 et 2011, on pouvait se demander si elle ne faisait pas les frais de cette relation.

 

Dans les faits, qu'en est-il ? « Audrey Pulvar estime que l'on n'a pas à parler de sa vie privée », nous précise la maison, et dans le même temps, « Besma Lahouri constate que Madame Pulvar s'est présentée dans la presse et à la télévision avec Arnaud Montebourg ». À ce titre, cette relation ne relèverait peut-être plus tant de la vie privée, à respecter impérieusement. « Le débat est intéressant, parce que les politiques jouent aujourd'hui un jeu compliqué », poursuit-on.

 

Et de citer plusieurs exemples, dont certains remontent plutôt aux origines de l'ORTF. « Dès lors que Valery Giscard d'Estaing s'est montré avec sa femme, et jouant de l'accordéon, ou encore Kennedy avec ses enfants… Les politiques s'exposent et ensuite demandent que l'on respecte leur intimité, mais c'est un exercice difficile. Ils ont raison sur un point : il ne faut pas les juger sur leur vie privée, mais Madame Pulvar était présente sur l'estrade avec un homme politique, pour la primaire socialiste. »

 

 

 

 

Cela reviendrait en effet à ce que Nicolas Sarkozy se cache tout rouge après avoir exhibé sa campagne durant ses meetings. « Voyez Catherine Deneuve, elle ne se montre que très peu, en dehors des manifestations culturelles. Le livre de Besma Lahouri reste très soft, mais il montre avant tout que, lorsque l'on s'expose, on prend un risque. » 

 

L'éditeur redoute-t-il alors une forme d'autocensure, qui pourrait survenir à force d'enregistrer des plaintes de ce type ? « Non, nous n'avons pas de craintes. Les ouvrages sont aujourd'hui relus par les services juridiques - comme ce fut le cas pour celui-ci. Nous sommes dans un pays où la censure n'est pas à redouter, ni contre les auteurs, ni de la part des éditeurs. »

 

Reste que pour l'écriture du chapitre qui la concerne, Besma Lahouri avait bien contacté l'intéressée, « mais elle ne lui a pas donné de réponses. Ce que l'on comprend tout à fait : il n'y a aucune obligation pour Mme Pulvar de répondre. »