Vincent Montagne veut l'arbitrage du Premier ministre pour aider les auteurs

Nicolas Gary - 25.06.2018

Edition - Société - Vincent Montagne SNE - auteurs précarité revenus - régime social auteurs


Après l’intervention de Joann Sfar, venu expliquer posément que la profession d’auteur est dans une situation critique, il fallait réagir. D’autant que l’auteur de BD en appelait au président du Syndicat national de l’édition, Vincent Montagne : « Il faut qu’il s’implique », assurait Sfar.


Vincent Montagne - Foire du Livre de Francfort 2017
Vincent Montagne - ActuaLitté CC BY SA 2.0
 

 

Cri d’alerte lancé sur France Inter, réponse, logiquement, sur France Inter : Vincent Montagne, PDG du groupe Media Participations, est donc venu apporter quelques précisions. Une intervention d’autant plus intéressante que Sfar publie notamment chez Dargaud, une des maisons du groupe que préside Vincent Montagne.

 

« Les éditeurs vont être obligés de nous aider parce qu’ils vont s’apercevoir que ces taxations qui vont arriver vont leur tomber dessus aussi », indiquait Sfar. Et le président du SNE d’assurer qu’il comprend très bien la colère de son auteur. « Je ne crois pas que le gouvernement ait bâti une machination pour faire disparaître la littérature, comme il le dit », nuance-t-il toutefois.

 

« Cela fait cinq ans que les auteurs demandent une concertation dans le cadre des réformes générales : prélèvement à la source, hausse de la CSG, et des retraites... Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas de concertation : c’est une situation qui, à mon avis, montre que techniquement rien n’est prêt. »

 

Et d’affirmer que le gouvernement doit se mettre en œuvre pour « ne pas fragiliser cet équilibre économique du livre qui est sensible », et en soi loin d’être solide. 

 

Or, le problème ne vient pas d’un ministère – celui de la Culture en l’occurrence –, « mais des ministères [Culture et Solidarités, NDLR] : on est sur des questions de sécurité sociale qui n’ont rien à voir avec la culture. Il faudrait simplement qu’il y ait un arbitrage du Premier ministre ». Et montrer qu’il existe une véritable attention portée à ce secteur. 

 

L’histoire gardera la « ministre éditrice
qui aura massacré les écrivains » (Joann Sfar)

 

Que le SNE sorte du silence, c’était là toute la demande formulée par Sfar, invitant Vincent Montagne et le Syndicat à faire entendre leur parole. Rappelant que les instances représentatives d’auteurs et éditeurs sont en relation régulièrement. « Là, on sort du champ culture et nous sommes dans une problématique sociale dans laquelle nous n’avons pas beaucoup de prise. Il faut absolument qu’il y ait un arbitrage plus haut. »

 

Françoise Nyssen « fait ce qu’elle peut. [Le dossier] est très complexe, parce que nous sommes dans un champ de réforme générale. Il faut absolument, et Joann Sfar a absolument raison de monter au créneau, [...] que le gouvernement vote et adopte quelque chose qui soit adapté aux auteurs ».

 

Quant à la rémunération des auteurs, dont Sfar indiquait qu’ils touchent moins d’un euro sur les livres vendus, le président du SNE revient sur ce principe « d’économie de l’offre. Vous mettez des livres en place, nous [éditeurs] nous prenons un risque assez important : sur dix livres qui sortent, un va très bien gagner – et Joann Sfar sait de quoi il parle : si vous touchez un euro et que vous vendez 300.000 exemplaires, je vous laisse faire le calcul ».

 

Les auteurs au ministère de la Culture,
partagés entre colère et déception

 

Sur les neuf autres, deux vont équilibrer et les sept restants feront perdre de l’argent. Or, les livres, « on ne les vend que si le lecteur les achète. Donc c‘est comme au cinéma : si vous n’y allez pas, on ne fait pas de recettes salle. » Une économie qui permet, tout de même, de vendre 350 millions de livres chaque année.

 

« C’est une économie stable, puisqu’on a fait -1 % en 2017 [...] et en même temps le livre n’étant pas une marchandise comme les autres, il faut se battre pour trouver un équilibre économique avec les responsables de l’État. »




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.