Viol collectif, fausse couche : un livre jeunesse idéal ?

Clément Solym - 06.07.2009

Edition - Société - viol - collectif - fausse


Faut-il le répéter : on ne juge pas un livre à sa couverture ! Non : autant être catégorique concernant son texte et quand on trouve dès la première ligne le mot « salope », auquel succède une étrange séance de sexe entre une sorcière et un nain, crions joyeusement Haro ! Cela ne rappelle-t-il pas les clowns démembrés d'un autre livre jeunesse ?

Car cette version revue et corrigée du conte de Blanche Neige, Tender Morsels de Margo Lanagan, publiée par Random House, n'a pas fini d'étonner : un viol collectif, une fausse couche... pas mal pour un livre présenté comme littérature jeunesse. Ou plutôt qui marque la fin de l'innocence présumée de la jeunesse...

« Si vous regardez en ligne, dans les commentaires, presque tous les parents pensent qu'il est tout à fait inadapté. Beaucoup d'enfants ont aimé le livre, mais parmi les filles, elles étaient nombreuses à le trouver effrayant ou même répugnant », explique Anne Fine, lauréate jeunesse.

Et d'ajouter : « Je me demande si en général, les éditeurs jeunesse n'ont pas la responsabilité d'arrêter les machines et de dire que, même si un livre choquant fait du chiffre et qu'il est populaire, il ne dispose pas de ce que les Américains nomment 'redeeming social importance'. » (NdR : une valeur sociale essentielle, au sens moral)

Pour Philip Pullman, la couverture du livre en dit en général long, selon que tel ou tel illustrateur soit engagé pour la réaliser. Et en l'occurrence, deux versions du livre existent : l'une pour adultes, l'autre pour enfants, mais avec le même texte à l'intérieur. Mais Philip ne croit cependant pas que l'ouvrage, quelle qu'en soit la couverture pose un quelconque problème.

D'ailleurs, pourquoi les enfants devraient être préservés en permanence des choses que l'on peut lire, attendu qu'ils pourront découvrir pire dans leur vie ? Doit-on taire tout ce qui est trafic de drogue ou censurer la sexualité ? Sûrement pas estime-t-il.

L'éditeur reconnaît, lui, que le contenu du livre ne plaira pas à tout le monde, et un avertissement est présent avant le texte. L'occasion de revenir sur la classification des livres, par tranche d'âge qui avait tant fait parler d'elle...