Violences faites aux femmes : le plan de Macron contre la “honte nationale”

Victor De Sepausy - 25.11.2017

Edition - Société - violences femmes agression - agression sexuelle femmes - france violences sexuelles


Il avait garanti des mesures pour lutter contre le harcèlement sexuel. En cette journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Emmanuel Macron a présenté ses mesures : « Le temps nécessaire à la parole pour se libérer épuise trop souvent le délai de prescription. Nous allons l'allonger de 20 à 30 ans. » Et d’autres choses encore.


IMG_3069.jpg
Michael, CC BY 2.0
 

 

Rappelant dans son allocution que 123 femmes avaient été tuées l’année passée, victimes de violences, Emmanuel Macron a souligné qu’il s’agissait là d’une « honte nationale ». Son quinquennat sera celui de l’égalité entre hommes et femmes, a-t-il ajouté, considérant que le « premier pilier est la lutte contre la violence faite aux femmes ». 

 

Trois axes d'action, et une prise de conscience nationale
 

Le sexisme prégnant dans notre société, poursuit le président, découle de ce que nous « n’avons pas su inculquer les fondements de notre vie sociale ». Et d’affirmer : « Chaque femme de la République a le droit à ce cri, à cette clameur. Le couvercle avait commencé à être levé par toutes celles et ceux qui se battent depuis des années. » 

 

 

 

Pour y parvenir, le budget alloué au ministère de l’Égalité entre hommes et femmes sera augmenté de 13 %. En outre, le budget interministériel dédié à l’égalité entre les femmes et les hommes est en augmentation et atteindra plus de 420 M€ dès 2018. Et l’accompagneront une série de différentes mesures juridiques, permettant d’encadrer les dérapages. « Il ne s’agit pas de nier la différence entre les femmes et les hommes. Il s’agit de se battre pour l’égalité non négociable entre les deux sexes », clame le président.

 

Parmi les différents points de son discours, on trouve : 
 

• Le harcèlement à trop souvent libre cours sur les réseaux sociaux. Nous devons mettre en place une prévention du cyber-harcèlement

• La pornographie a franchi la porte des établissements scolaires. Nous ne pouvons ignorer ce genre qui fait de la femme un objet d’humiliation. 

• Dès 2018, dans toutes les écoles, un module d’enseignement et de prévention consacré à la lutte contre le sexisme et les violences sera intégré. 

• Sur les 225 000 femmes victimes de violences en 2016, moins d’une sur cinq a déposé plainte. Nous avons des progrès à faire pour aider les victimes à vaincre la peur, la honte, qui les animent.

 

Rapprocher la justice des victimes dans les démarches
 

Sur ce dernier point, le président espère que les mentalités vont évoluer, et que chacun pourra ouvrir les yeux sur la réalité de la violence. Ainsi, « ces passages répétés aux urgences parce qu’on est une nouvelle fois “tombé dans l’escalier” » ne tromperaient plus personne et ne seraient plus banalisés. Il faudra pour cela que la justice vienne aux femmes, attendu que ces dernières peuvent avoir peur d’aller à la justice. « Nous allons généraliser les lieux d’écoute sur le lieu de travail qui permettent d’accompagner les victimes dans leurs démarches. »

 

Créer une application facilitant l’assistance aux victimes de cyberharcèlement, mais également mettre en place un délit d’outrage sexiste « verbalisable immédiatement avec un montant dissuasif », seront également au cœur de son action. 

 

Pour mémoire, début novembre, une pétition signée par près de 130 000 personnes réclamait un plan d’urgence contre les violences sexuelles. Alors que l’affaire impliquant le producteur américain Harvey Weinstein ne cesse de se ramifier, entraînant des prises de parole partout dans le monde, l’intervention d’Emmanuel Macron était très attendue. 

 

Enfin, pour compléter la liste d’efforts qu’Emmanuel Macron a présentés, le passage pour un âge de consentement minimum, pour un acte sexuel, à 15 ans. Dans le même mouvement, un accueil hospitalier pour prendre en charge les victimes sera mis en place en 2018.

 

Harcèlement sexuel dans l'édition :
“Ouvrir les yeux sur cette violence”

 

« Aujourd’hui, la mobilisation de toute la Nation pour l’égalité femmes-hommes commence par l’éradication des violences faites aux femmes. C’est la condition indispensable », assénait Emmanuel Macron dans son discours. Problème : les premières critiques évoquent d'ores et déjà des mesures irréalisables...

 

 

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.