Virgin : Delanoë en appelle à la "responsabilité première" de Butler

Antoine Oury - 11.01.2013

Edition - Economie - Virgin - Bertrand Delanoë - Butler Capital Partners


Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, a rédigé une lettre adressée au président de l'actionnaire principal derrière l'enseigne Virgin, Walter Butler. Dans la missive publiée par la CGT, Delanoë demande qu'un plan social soit mis en place en cas de non-maintien de l'activité, qui accompagnerait personnellement chaque salarié et serait entièrement assumé par Butler Capital Partners.

 

 

Virgin

DC White, CC BY-ND 2.0

 

La lettre a été envoyée à William Butler, président de Butler Capital Partners, en prévision d'une rencontre avec Lyne Cohen-Solal, adjointe chargée du Commerce, de l'Artisanat, des Professions indépendantes et des Métiers d'Art, les délégués syndicaux de Virgin, et un représentant de l'actionnaire principal Butler, qui détient 74 % de l'enseigne Virgin. Étaient également présents à cette rencontre Éric Osmond, collaborateur direct de la mairie du 5e arrondissement, ainsi que les conseillers chargés de l'emploi et des affaires financières.

 

Face à eux, non pas Butler, avec lequel la ville de Paris ne négocie pas, mais les représentants CGT, FO, CGC et SUD du Virgin des Champs-Elysées. « Nous avons commencé par refaire l'historique des événements, puisque la situation a considérablement changé depuis le 21 décembre » confie un participant. Le rendez-vous avec l'adjointe du maire avait été pris au moment de l'annonce de la résiliation du bail des Champs, bien avant la mise en cessation de paiement de l'enseigne.

 

La discussion s'est centrée sur la fermeture des 4 Virgin parisiens, conduisant 415 salariés (soit 40 % des effectifs de Virgin) au chômage. « Nous avons reçu des garanties au niveau politique, avec un voeu en conseil municipal en soutien des salariés et de leurs protections sociales. » À ce voeu - pieux - est donc venue s'ajouter la lettre de Bertrand Delanoë, accueillie favorablement par les syndicats.

 

Les salariés attendent désormais la 1e audience du tribunal de commerce, ce lundi 14 janvier à midi. Une procédure exceptionnellement rapide, en raison d'un dossier Virgin déjà bien connu par l'administrateur judiciaire. Au regard des nombreuses réactions politiques, mais aussi des déclarations de « personnalités proches du fonds Butler » comme le souligne le participant à la rencontre, un redressement judiciaire semble probable. « La chape de plomb de la liquidation ne devrait pas s'abattre tout de suite. »

 

  Lettre de Bertrand Delanoë à William Butler by   ActuaLitté Paris