Virgin en cessation de paiement

Clément Solym - 04.01.2013

Edition - Economie - Virgin - cessation de paiement - créanciers


Depuis plusieurs mois, la situation du groupe Virgin flirte avec le rouge. Économiquement, la célèbre enseigne rouge ne tient plus et la direction vient d'annoncer qu'elle allait placer la société en cessation de paiement, pour tenter de trouver une solution devant les 22 millions € de dette. 

 

 

 

 

Au cours du week-end passé, les salariés s'étaient déjà réunis pour manifester contre la fermeture du Virgin situé aux Champs-Élysées. Tout un piquet de grève était rassemblé devant la porte de l'établissement phare, avec un mot d'ordre : dire non à la fermeture. Une centaine de personnes réunies, faisant suite à l'annonce par la direction, le 19 décembre dernier, d'une résiliation du bail du magasin des Champs-Élysées au profit d'un fonds d'investissement qatari, pour une offre initiale de 20 millions €. 

 

Et un soutien inattendu s'était même présenté, en la personne de Doc Gyneco, le rappeur le plus UMP : « Je suis venu soutenir les salariés du Virgin Megastore, qui eux nous ont soutenus depuis très longtemps. C'est vrai aussi que c'est un haut lieu de la culture française, on peut le dire comme ça. C'est pas un musée, mais c'est où moi j'achetais mes bouquins quand j'étais petit. »

 

Or, selon les informations de France Inter, les 27 magasins sont réellement dans une crise grave : impossibilité de payer les créanciers, retard sur des cotisations sociales, mais également des factures fournisseurs - provoquant des problèmes d'approvisionnement - ainsi que des problèmes de règlement de loyer... Tout cela sent le sapin, ce qui, après les fêtes, n'augure plus grand-chose de bon. 

 

L'an passé, quatre des magasins avaient déjà fermé et c'est une baisse du chiffre d'affaires de 34 millions € de moins, soit 251 millions € que le groupe avait affichée. Ce lundi, la cessation de paiement doit être présentée au Comité d'entreprise, alors que les syndicats ont d'ores et déjà assuré qu'ils s'y opposeraient, pour gagner un peu de temps. En effet, selon eux, aucun plan réel de redressement n'accompagnerait la cessation de paiement, pas plus que de stratégie pour l'emploi. 

 

Pourtant, Virgin avait expérimenté, avec ses nouveaux magasins à l'espace plus confiné, employant moins d'une trentaine de personnes sur 1000 m2, le tout avec des bornes numériques... mais peut-être un peu tard. Une situation qui rappelle désagréablement ce qui était arrivé, outre-Atlantique, à la chaîne Borders, qui avait annoncé une liquidation définitive le 19 juillet 2011, avec 11.000 licenciements à la clef.

 

En France, les 1000 salariés du groupe Virgin sont désormais dans l'attente des discussions de lundi. Nous reviendrons dans la journée sur cette information. 

 

Pour approfondir

Doc Gyneco soutient Virgin

Un fonds d'investissement qatari veut reprendre Virgin