Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Visa d'un an pour Janis Otsiémi : désolé pour le 'fâcheux contretemps'

Nicolas Gary - 30.03.2013

Edition - International - Janis Otsiémi - France - Visa


Le jour de l'inauguration du Salon du livre de Paris, l'éditeur Jimmy Gallier diffusait une information qui ressemblait à une mauvaise plaisanterie de l'administration française. « Janis Otsiemi qui était invité officiellement au Salon du Livre de Paris s'est vu refuser son visa de court séjour. Il ne pourra donc malheureusement pas être présent ce week-end comme prévu, Porte de Versailles. » 

 

 

 

 

L'auteur gabonais, aujourd'hui connu et reconnu dans le monde du polar, expliquait à ActuaLitté : « Ça a été une grosse déception pour moi. Car pour un jeune auteur comme moi, ce salon aurait été une opportunité pour moi de faire connaître mes oeuvres, surtout le polar africain qui est un genre peu connu, mais aussi de rencontrer des auteurs. Il est regrettable que les autorités consulaires françaises pensent que tous les jeunes africains n'ont qu'une idée dès qu'ils se réveillent : aller s'installer en France alors qu'il n'en est rien. »

 

Mais il n'y a manifestement que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. En effet, l'éditeur vient de nous informer que suite au petit couac et « après une large mobilisation, et notamment de la presse face à cet invraisemblable refus, le consul de France à Libreville, a hier souhaité rencontrer Janis Otsiémi ». On évoque très diplomatiquement un « fâcheux contretemps », et pour se faire pardonner, le consulat a remis au romancier un visa d'une année pour assurer ses prochains déplacements en Europe. 

 

Et la première occasion de s'en servir, ce sera du 18 au 20 mai, à l'occasion du Festival Etonnants Voyageurs, à Saint Malo. 

 

Janis Otsiémi n'en dit pas plus : « Suite au battage médiatique après mon refus de visa, le consulat général de France à Libreville m'a appelé le mardi dernier pour m'annoncer le consul lui-même en personne souhaitait me rencontrer. Au cours de notre entretien, le consul m'a présenté ses excuses en disant que c'était une erreur administrative et que pour la réparer, il m'attribuait un visa d'un an à compter du 27/03/2013 au 26/03/2013 afin de me permettre de circuler librement dans l'espace schengen pour défendre mes livres. »

 

En hommage, l'auteur Arnaud Maïsetti avait fait une lecture publique, sur le stand du Salon du livre, à l'issue de la table ronde L'avenir de la création, organisée par le Centre National du Livre.

 

Autour de ce que nous sommes, est à écouter et lire.