Vittorio Arrigoni, écrivain pacifiste assassiné à Gaza

Clément Solym - 17.04.2011

Edition - Société - rester - humain - gaza


Depuis que la nouvelle est partie de Gaza, plusieurs grandes villes italiennes ont manifesté des élans de solidarité à envers le pacifiste Vittorio Arrigoni. Ce dernier avait été pris en otage par un groupe salafiste, le jeudi 14 avril, et fut finalement assassiné, quelques heures plus tard, à l'âge de 32 ans.

Pour la mère de Vittorio, la situation est incompréhensible : pourquoi l'enlèvement de son fils, qui n'a jamais côtoyé les puissants et qui restait le plus souvent au contact du peuple. Durant ces trois dernières années, Vittorio, membre de l'International Solidarity Movement (ISM), avait pour principale activité une implication non violente dans la lutte contre les territoires occupés.

Un livre avait résulté de cette expérience humaine, mais également de celle de journaliste, puisqu'il collaborait avec Il Manifesto, journal d'extrême gauche. Rester humain à Gaza, était son premier ouvrage, racontant l'offensive Plomb durci, qui fut portée entre décembre 2008 et janvier 2009 contre la bande de Gaza.

Ce vendredi 15 avril, donc, plusieurs villes ont rendu hommage à sa mémoire avec des lectures d'extraits. Même Palerme, qui devait le recevoir le 5 mai prochain pour une conférence, a tenu à saluer son combat de liberté pour la Palestine.

« Nous voulons continuer à mener des actions qui puissent maintenir l'attention sur les problèmes défendus par Vittorio, comme les droits de l'Homme des Palestiniens. Nous continuerons à transmettre son message », a expliqué à l'AFP, Maria Elena Delia, une des proches amies de Vittorio...

Entre temps, deux suspects ont été arrêtés dans la bande de Gaza. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur du Hamas assurait que pour l'heure, les deux hommes étaient encore entendus, sans qu'aucune conclusion n'ait été tirée.