Vivendi veut-il faire de Paddington un Mickey européen ?

Bouder Robin - 06.04.2017

Edition - International - licence paddington film - marque paddington disney - vivendi harpercollins accord


La firme française Vivendi vient de signer un partenariat d’une durée de 6 ans avec HarperCollins Children’s Books. L’objectif : élargir la communauté des fans de Paddington, en promouvant les aventures de l’ourson dans toute l’Europe.

 

Paddington (2014), film de Paul King

 

 

C'est lors de la Foire du livre jeunesse de Bologne que l'annonce a été faite : HarperCollins Children's Book, qui publie les aventures de l'ours depuis près de 60 ans, a signé un accord de 6 ans avec Vivendi, la multinationale française qui est depuis 2016 l'unique propriétaire de la marque Paddington dans le monde. Ce partenariat annoncé par un communiqué de presse marque le début d'une nouvelle ère pour le héros jeunesse, visant à créer de nouveaux contenus et à partager les histoires du célèbre ourson à un nouveau lectorat, à l'échelle internationale.

 

Vivendi tient là le bon filon : le film Paddington sorti en 2014 est le plus gros succès au cinéma de sa filiale Studiocanal, avec un box-office de 300 millions de dollars environ. Le deuxième film, prévu pour la fin de l'année, devrait logiquement faire aussi bien.

 

Paddington 2 est annoncé, une histoire de livre volé

 

Le petit ours au duffle-coat bleu et aux bottes rouges est né de la plume de l'écrivain britannique Michael Bond il y a 60 ans, et continue de ravir petits et grands, aussi bien en littérature que sous d'autres formes. 35 millions de livres et 25 millions de peluches ont été vendus depuis la parution du premier tome en 1958.

 

Alors que Paddington 2 débarque sur nos écrans à l’automne prochain, la marque Vivendi a de grands projets pour sa nouvelle mascotte. Films, jeux, voire parc de loisirs : les idées ne manquent pas, et Vivendi compte bien exploiter la marque à fond.

 

Il s’agit de faire de l’ours anglais une importante licence européenne, à l'image de Disney aux États-Unis... De là à faire de Paddington le Mickey français, il n'y a qu'un pas.